Challenge création 2018 – Semaine 23 Yogi en puissance

Cette semaine passée les dessins ont été orientés sur le Yoga, expérience au Yoga Sound Festival oblige. DSC_0750DSC_0751DSC_0752IMG_20180607_093720

IMG_20180607_094052_837

Ma voisine dans le train

Publicités

#développementpersonnel Un peu de gratitude peut tout changer

Cela fait longtemps que je ne vous ai parlé développement personnel. Aujourd’hui je voudrais vous parler de gratitude.

J’ai compris que l’abondance de choix nous plonge dans un questionnement constant et dans un système où l’on ne sait plus être conscient de ce qu’on a. J’ai appris à être plus bienveillante avec moi même et avec beaucoup plus de gratitude envers les petites choses.

Ma séance quotidienne et matinale de Yoga me permet de commencer positivement la journée, de prendre conscience que j’ai 24h devant moi neuves, qui m’attendent. Et surtout que cette journée est pleine de promesses. Petite ou grande.

Le soir sur mon trajet du retour ou en me couchant je prends le temps de mémoriser les points positifs de ma journée. Ne retenir que le positif. Même dans la pire journée qu’il soit il y a toujours un petit quelque chose à célébrer.

Et j’ai décidé de vivre les choses avec positivité, même si ce n’est pas toujours facile. Et surtout d’exprimer mes petits bonheurs. Un exemple récent ? Dimanche c’était la journée départementale de foot de mon fil, une journée de rassemblement pour clôturer la saison. 1 dimanche complet 9h – 17h à encadrer les enfants, à ne pas être chez soi, posé, tranquille. 1 dimanche « gâché » comme diraient certains. Cette année je m’y suis « collée » et certes il y a eu des moments moins sympa que d’autres, mais ce que j’ai surtout retenu c’est la fierté de mon fils de marquer ses buts devant moi, le plaisir de papoter avec des parents, de passer une journée avec mon fils autour de sa passion, … Et de verbaliser tout ceci avec mon fils surtout.

Tout a quelque chose à nous apporter mais quand au départ cela nous fait suer…

Révélations à mon premier Yoga Sound Festival

Difficile de décrire ce que j’ai vécu du 7 au 10 juin 2018 au Domaine du Taillé, premier temple zen de France, dans le cadre du Yoga Sound Festival organisé par Yoga Journal France. 4 jours de plénitude, de découvertes, de rencontres. Je vais essayer de vous faire passer mon expérience dans cet article.

Comme vous le savez depuis presque 1 an maintenant je pratique le Yoga et quotidiennement depuis le début de l’année. Je voulais découvrir plus, avoir des profs, … Une de mes tantes voulait un stage médiation. On a donc embarqué ma maman et ma deuxième tante sur ce Festival. 4 jours en Ardèche, un programme pour convenir à tout le monde selon ses envies et une occasion de partager un moment ensemble.

Le budget n’est pas neutre entre le Festival (avec hébergement) le transport, la location de voiture, l’essence, les faux frais, … mais franchement je ne regrette rien.

4 jours donc et  une offre d’ateliers 9h par jour !

4 possibilités à chaque fois pour s’initier au Pranayama (souffle), à la méditation, mais aussi des heures de Vinyasa, de Hatha, d’Ashtanga, de Yin Yoga, …. Et des conférences. Le tout dans un endroit magique avec une quinzaine d’intervenants différents.

L’arrivée se fait en douceur, et on se rend vite compte qu’intervenants et pratiquants se connaissent tous, qu’il y a des habitués, il faut prendre ses marques dans ce groupe, s’intégrer. Et puis les ateliers s’enchaînent, les expériences aussi.

J1 : les profondeurs du souffle avec Lola et un Gong Bath nocturne. Je me rends compte que mon corps est ultra-sensible aux vibrations. Je ressens les ondes dans tous mon corps et je sens littéralement les ondes « remonter » mes chakras.

J2 : Méditation Vinyasa dynamique avec Mika, Séance de Yoga sur le « feu digestif avec Lola, Gong bath de jour, Ashtanga et yoga restoratif sous les étoiles. Je souffre sur l’Ashtanga, ça va trop vite, les postures sont trop dures et surtout l’intervenante préfère se concentrer sur ses élèves habituées  présentes au cours. Peu importe si les autres suivent. Par contre je vis ma première très grosse émotion avec Lola en fin de cours on chante collectivement un Mantra. Là encore je découvre la réceptivité de mon corps aux vibrations du chant, ce chant me remplit de joie, me « nourrit ». Et à la fin je laisse échapper des larmes. Lola me dira que c’est normal.  Quant aux flow de yoga je suis contente de pouvoir suivre sans être trop corrigée, et je prends confiance dans ma pratique.

J3. Une matinée forte intense. Méditation autour des piliers du cœur, je poursuis avec Philippe sur les 54 salutations au soleil chantées. Nous sommes tous un peu « effrayés » par le nombre mais au final ça se passe bien. A chaque mouvement un mantra. L’aspect répétitif amène doucement à la plénitude, on finit par ne plus se préoccuper des mouvements qui se répètent pour lâcher prise. Puis un cours de Yoga sur l’énergie avec Charlotte. Cette professeur rayonne et c’est d’autant plus étonnant quand on apprend l’épreuve qu’elle traverse en ce moment. La philosophie du Yoga prend tout son sens. Elle propose une séance dynamique, une playlist intense, et là aussi à la fin de la pratique je me sens nourrit, les larmes pas très loin. L’après-midi sera beaucoup plus ludique avec Julien Levy et une initiation à l’Acro Yoga. Très sympa  malgré mon poignet qui me limite. Et dans ce cours une belle rencontre avec un autre « stagiaire ».  Le chant de mantra du soir finit de me nourrir, comme une perfusion de bonheur !!

J4 Dernière matinée, derniers cours, dernière méditation avec Charlotte, puis du Budo (Yoga et Arts Martiaux) avec Julien Levy, toujours dans une approche très ludique. Et enfin une initiation au Thaï massage Yoga. Je vais masser ma maman et vice versa.

Il est déjà l’heure de se dire au revoir, de quitter cet endroit, et de faire le bilan.

Beaucoup d’ateliers, j’ai profité au maximum, découvert de nouvelles choses. Étonnée car je n’ai pas une courbature. Mais surtout j’ai été emportée par le Yoga en tant que philosophie, au-delà de l’aspect « sport ». Une véritable révélation pour moi. Je me suis découverte une sensibilité extrême aux vibrations sonores des mantras, j’ai été touchée par certains professeurs. Et en repartant je n’ai qu’une idée en tête, repartir, trouver le prochain festival auquel je participerais et mettre en pratique, poursuivre ma découverte du Yoga au-delà des postures.  Et j’écris cet article 2 jours après et je suis encore dans un nuage de plénitude.

#avis Les ateliers carton plume pour allier DIY et géographie

Avec ma fille nous sommes allés faire un atelier parent – enfant Carton Plume à Rennes. Cela faisait un moment que je voulais tester. C’est chose faite et je vous raconte.

Le principe : la créatrice est architecte de formation et passionnée de géographie. Elle a donc monté Carton Plume, avec comme principe des constructions à base de cartons et autres recyclages (bouchons de bouteille, …) autour des thèmes de l’architecture du monde.

Dans notre cas le sujet était la Russie avec la basilic St Basile le bienheureux

19965

Après avoir questionné les enfants de 4 à 9 ans sur l’architecture du bâtiment, les spécificités (domes, couleurs, …) et donc nous mets à disposition du matériel (rouleau divers, accessoires de décoration, …)

C’est maintenant à nous, (enfin à Maëlys) de construire sa propre Basilique St Balise.

7

on coupe, on colle, on décore. Du haut de ses presque 5 ans elle est la plus jeune du groupe mais elle s’applique, elle s’implique. Je l’aide dans les phases délicates comme le collage des dômes.

Et voici donc le résultat

6

On a passé un super moment. 2h entre mère – fille. Et elle s’est bien débrouillée.

Mon avis sur cette activité ?

Maelys a adoré décorer, coller, construire. Elle a bien compris que c’était une église et a retenu qu’un architecte dessine des bâtiments. Par contre je pense qu’elle est un peu jeune pour le volet géographie (culture sur la russie, …). Mais elle a quand même regardé avec attention.

Il existe des ateliers à l’année et je regarde pour y inscrire les enfants, même si le mercredi après midi ce n’est pas forcément très facile pour nous qui travaillons à temps complet. Mais je suis convaincue que mon grand adorerait cette activité, lui passionné de géographie.

Une chose est sûre nous referons les ateliers parents – enfants.

#Bénévolat Pourquoi j’ai décidé de rejoindre Auxilia

Vous connaissez Auxilia ? Auxilia est une association qui accompagne via la formation à distance et en présentiel les détenus qui souhaitent se former, se remettre à niveau, …

Dans mon cas je suis enseignante à distance en français et anglais. Donc je corresponds avec des détenus sous un pseudo et je les accompagne pour se remettre à niveau, le tout à distance. Objectif : aider à la réinsertion, faire de ce temps de détention un temps de reconstruction. Les cours sont gratuits et complètement personnalisés.

Alors je ne sais pas pourquoi ils sont condamnés, ils ne connaissent pas ma vrai identifié mais une relation par correspondance s’installe pour transmettre des connaissances mais aussi pour les aider à formuler des projets à prendre confiance.

Les cours sont à la carte en fonction du niveau. Je construits des exercices que je vais envoyer par courrier et au retour corrigé. La fréquence varie en fonction de l’assiduité de l’apprenant.

Je trouve cela fort intéressant. A la fois dans la partage de connaissance et donc la formation, mais aussi sur le fait d’accompagner ces personnes en difficulté en reprendre confiance, à s’inscrire dans un projet et peut contribuer à ma mesure à une réinsertion réussie. Je vous raconterais régulièrement comment cela se passe.

#lecture #développementpersonnel #entreprise « de Zéro à un » Peter Thiel

Peter Thiel c’est une des personnes les plus influentes de la Silicon Valley, investisseur dans les plus grosses entreprises, Facebook, Linkedin, Paypal. Dans ce livre que l’on m’avait conseillé dans le cadre de ma création d’entreprise, il essaye de répondre à une question majeure : comment créer de la valeur dans ce monde. Et pour y répondre il va s’appuyer sur les grands exemples de la Silicon V. Pour lui la meilleure stratégie est celle de la distinction. Car le message principal porté par cet ouvrage aux startupppers en herbes c’est de se différencier de ce que les autres font en développant un marché de niche qui deviendra indispensable à ses utilisateurs.

Alors ce livre est surtout je pense adressé aux entrepreneurs en lien avec les nouvelles technologies. Mais ce que j’ai trouvé intéressant c’est cette injonction à regarder le monde différemment.

Seules les personnes qui défient le statu quo et pensent en dehors des conventions peuvent voir et changer le futur.

Son idée est qu’en créant quelque chose il faut se poser la question suivante : quelle est la chose à laquelle vous croyez fermement, mais dont personne n’est d’accord avec vous ? Quelle est la société que personne ne construit ? Selon Peter Thiel le succès se construit dans l’opposition. Pour lui également la concurrence est une mauvaise chose qui tue les marchés.

Un livre intéressant pour avoir des exemples et une pensée différente sur la notion de valeur. J’ai apprécié cette valorisation du risque, partant du principe qu’il vaut mieux prendre des risques que de faire quelque chose de banal.

#Lecture J’aime le sexe mais je préfère la pizza

Au détour d’une allée de la médiathèque, en cherchant de quoi occuper mes vacances, je suis tombée sur ce roman de Thomas Raphael. Et je l’ai donc pris.

La jaquette :

« Demain, on reprendrait le bateau, le train, puis Hélène un taxi et l’avion, on quitterait l’odeur de citron. Mais là, seul avec Hélène sur le port de Procida, j’ai eu l’impression que j’étais amoureux. Elle n’avait pas besoin d’un confident, j’ai réalisé, elle avait besoin de quelqu’un qui mangerait ce qu’elle commandait pour lui. Hélène était facile à aimer : il suffisait d’avoir faim. C’était simple et je me sentais important de l’avoir compris. Il y aurait pour Hélène d’autres hommes, qui auraient plus faim que moi, mais ce soir j’étais fier du privilège, dans le cliquetis des bateaux, couteau et fourchette à la main, de terminer avec elle le dernier quart de sa première pizza. »
Après trois comédies à succès, « La vie commence à 20h10 », « Le bonheur commence maintenant » et « Pour un soir seulement », Thomas Raphaël s’attaque avec brio à la comédie autobiographique.
Entre Woody Allen et David Sedaris, il montre ici une nouvelle facette de son talent.

C’est donc sans beaucoup d’attente mais une curiosité et l’envie d’une lecture facile que je me lance.

Le point fort je dirais c’est le récit autobiographique qui restitue avec de l’autodérision les affres de l’adolescence, de la quête de son identité à travers des histoires, des chapitres sans ordre chronologique qui sont comme des tableaux mettant en scène les personnages qui ont contribué à façonner le narrateur. On ne s’ennuie pas, on esquisse même parfois un sourire car par les anecdotes on se souvient de ses propres expériences. Dérision et second degré sont assez convaincants bien que les chapitres sont assez inégaux. C’est léger, émouvant, parfois un poil choquant comme quand Thomas raconte son « aventure » avec ce garçon venu de Normandie pour lui et qui refusera le « non ». Le plus choquant étant que le fait que ce jeune homme profite de l’évanouissement de Thomas pour faire son affaire a l’air de choquer personne … Une petite résonance dans les débats actuels.

Un petit livre à lire même si je préfère la pizza 🙂 (elle était facile !!)

#Challengecréatif2018 Session de rattrapage

Petite session de rattrapage post vacances et déconnexion avec quelques dessins de ces dernières semaines. Force est de constater que le dessin ne saurait que trop refléter l’état d’esprit dans lequel on est au moment du dessin. En effet vous verrez qu’un des dessins est un peu plus sombre que d’habitude, aussi bien dans les couleur, dans l’attitude (la dame à la cigarette). Pour la petite histoire ce dessin a été fait après une journée compliquée au boulot, un début de soirée conflictuel avec les enfants, … comme quoi…

Mais j’ai rapidement retrouvé mes couleurs habituelles. et au gré de mes envies je pense que les prochaines sessions seront florales… A suivre.

 

#Avisconso #enfants Apprendre la musique en couleur

Noël 2016 elle a 3 ans et met sur sa liste au père noël un piano. Nous la trouvons trop jeune et le père noël n’amènera pas le piano. Déception à l’ouverture des cadeaux. Les mois passent et vient le moment de préparer la liste de noël 2017, et revoilà qu’apparaît le piano. Cette fois ci le père noël lui apportera un clavier électronique avec une 20aine de touche et la possibilité de faire du piano, mais aussi des sons de batterie, de trompettes, …

Et tous les jours, assidûment ma poupée de 4 ans se met devant son petit clavier et essaye. et réclame des cours de musique pour apprendre à jouer. Sauf que les écoles proposent des cours à partir de 6/7 ans. Comment ne pas la frustrer ?? Comment l’accompagner sachant qu’ayant pratiqué moi même il y a longtemps, j’ai conservé mon solfège et je sais jouer au clair de la lune 🙂

Je questionne GOOGLE et je tombe sur la méthode de l’arc en ciel. En clair des gomettes sur les touches. 1 note = 1 couleur.

Do = Rouge / Ré = Orange / Mi = Jaune / Fa = Vert / Sol = Bleu / La = Violet / Si = Rose.

gamme2bde2bdo2bm2bpiano

Maintenant il faut des partitions. Oui je pourrais faire du home made, mais je veux une méthode. Donc je me rends dans une boutique rennaise spécialisée dans la musique. La vendeuse me regarde avec des gros yeux et m’explique qu’il ne faut surtout pas faire cela. Que je vais induire ma fille en erreur et que son solfège si un jour elle en fait sera compliqué. Mais comme je suis têtue j’achète tout de même la méthode arc en ciel. Et je lui offre à son retour de vacances de ski il y a 6 semaines.

On colle les étiquettes et on commence, on prend les chansons dans l’ordre car la méthode est progressive. Les 2/3 premières chansons par exemple ne sont qu’avec le do, ré, mi. Et on apprend aussi les simples, les croches, le rythme.

la-methode-de-piano-arc-en-cielLe livre est très bien expliqué. Chaque nouvelle chanson (comptines) amène un nouvel élément, une nouvelle note, la clé de fa, les longues ou les rapides, … et je suis épatée par sa progression !! 2 mois après elle connait sa gamme avec les notes. Car après lui avoir laissé quelques semaines avec les couleurs, maintenant on triple donc sur chaque morceau on apprend à le jouer avec les couleurs, puis on récite les notes, puis enfin on 836525chante les paroles. Cette semaine on attaque les morceaux avec de la clef de Fa et donc les deux mains. C’est un peu plus dur mais je suis sûre que cela va venir !!

Finalement je suis heureuse d’avoir écouté mon intuition. Ma fille s’éclate, est remplie de fierté, c’est notre moment à nous, et surtout elle se met à pratiquer seule, à s’entraîner un petit peu tout les jours par plaisir sans que je lui en parle. C’est tellement instinctif, spontané pour elle.

En tout cas je suis ravie de la méthode arc en ciel et je vous le recommande si vous avez des musiciens en herbes.