#Voyage Week-end express en Cornouailles anglaises

On a de très bons amis qui vivent à quelques encablures de Londres depuis plusieurs années déjà. L’occasion une fois par an au moins de faire un week-end en terre anglosaxonne. Cette année nous voulions changer de Londres, donc quand ils nous ont proposé un tour en Cornouailles, pourquoi pas !

Le vol Nantes – Southampton avec Flybe est ultra rapide (50min) et ultra abordable car lowcost. c’est un tout petit avion. De là on se retrouve et on loue une voiture / mini bus puisque nous sommes 6.

Et c’est parti pour 3h de voiture (on n’avait pas évalué le temps, mais il semble que ce coin de l’Angleterre soit dépourvu d’autoroute…) pour rejoindre notre chalet à Gunnislake. Le chalet est top avec 3 chambres et 2 sdb. 2 terrasses. Et le complexe est équipé de piscines chauffées qui feront le plaisir de tout le monde le lendemain après une journée d’excursion. (220€/2nuits pour 6)

On est en plein coeur de la vallée de Tamar, a priori idéal pour les rando.

Le lendemain le temps que tout le monde s’éveille et se prépare on décolle en milieu de matinée et on prend la direction de Looe. Un village de pêcheur fort agréable où la pêche au crabe fait légion. Ballade dans le village, sur les quais, pied dans l’eau sur la plage, déjeuner dans un pub pour un fish and chips on ne peut plus traditionnel dans cette région. On profite du soleil et des températures clémentes.

looelooe2

L’eau est turquoise et les côtes non sans rappeler la Bretagne ou dans les terres la Normandie. On est d’ailleurs surpris de trouver une région fort vallonnée.

Puis nous prenons la direction de Polperro, un petit village enclavé qui faisait le bonheur des contrebandiers. C’est vraiment super beau !! Un petit coup de coeur !

Après une glace grandement savourée, les enfants exprimeront leur envie d’aller profiter de la piscine. On reprend donc tranquillement la route de Gunnislake. J’en profiterais pour avoir un cours particulier de Yoga puisque notre amie vient juste d’être diplômee pour enseigner.

yoga

Dimanche, on doit quitter le chalet pour 10h. Jour de match et de finale de la coupe du monde on a un impératif : être assis dans un pub quelque part avec une TV avant 16h. On décide de faire un premier stop pour déjeuner vers Torquay Bay. On s’arrête à Brixham. La pause sera rapide car c’est sans intérêt !! Des casinos, une fête foraine et de la mal bouffe. A priori la station balnéaire anglaise par excellence. On déjeune rapidement et on reprend la route donc.

Perdus dans la campagne anglaise on trouvera le Royal Oak, pub anglais dans un village de 40 habitants. Nous arrivons à Great Whishfort, pas très loin de Salisbury. Un endroit improbable où les seuls anglais présents semblent préférer la croatie mais nous offrirons une assiette de pommes de terre au four pour fêter notre victoire.

pub

Puis retour à Southampton. On rend la voiture et nos amis rentrent sur Londres pendant que nous passons la nuit dans un hôtel fort agréable mais sans prétention car le vol retour est matinal.

Bilan des Cornouailles ? Une jolie région qui gagne a être visitée avec un peu plus de temps bien que les routes ne soient pas des plus faciles. et surtout un super moment partagé

Publicités

New York en famille en décembre

Petit retour sur nos 5 jours en famille à New York la semaine avant Noël. Je vous renvoie à l’article sur les préparatifs pour la partie pratique. 

Tout d’abord je dois dire que mes deux enfants m’ont épatés sur la gestion de l’avion, du décalage horaire, … facile même au retour qui était plus compliqué car je me suis cassée le poignet quelques heures avant d’embarquer…

Coté météo on a été gâté. pas de pluie, un peu de neige, juste assez pour rendre central park magique, du soleil et un froid raisonnable (entre -4 et 2)

une moyenne de 20km à pied / jour, 1 « activité phare »/jour, de la junk food à volonté, le paradis des enfants.

Jour 1 : découverte « Middle town » de l’empire state building à la 5th avenue

On commence fort avec L’empire state building et son 102ème étage. Je l’ai préféré au Top of the Rock car plus « emblématique ». De mon côté c’était ma 3ème fois et ce fût tout autant un régal.

IMG_2036

On poursuit avec la grande bibliothèque, la gare centrale, la 5th et ses magasins, …

Et un petit bout rapide du MoMa gratuit ce jour là.

Difficile de ne pas passer sur Time Square, d’autant plus que nous avons un spectacle au Radio City Hall. Spectacle des Rockettes de Noël, de la danse et des tableaux en mode « lido » un peu. Maëlys dormira le spectacle sur mes genoux mais ce fût sympa. Un peu long pour les gars 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Jour 2 : Le Musée d’Histoire naturelle, central park et la HighLine

La matinée se passe au chaud dans le musée d’histoire naturelle. dinosaures, animaux, étoiles, … les enfants choisissent leurs sections. C’est un beau musée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis nous nous régalons à Central Park,, surtout quand nous autorisons les enfants à se lâcher dans la neige et que l’on improvise une bataille de boules de neige. Magique !!

Après un petit stop à l’hôtel on part en balade nocturne sur la Highline, jouant à cache cache avec le toit de l’empire state building. balade sympa au calme.

 

Jour 3 : De la statue à Brooklyn

Un coup de métro et on commence part un tour de bateau et la statue de la liberté. Maëlys est complètement fascinée.

Puis on enchaîne sur Wall Street, ground zero, on mange sur le port avant de traverser le 2 km du pont de Brooklyn. Whouahhh

La découverte de brooklyn est rythmée avec le manège, les ruelles, et surtout une soirée NBA. Ces messieurs sont comme des fous. Maëlys attend tranquillement et apprécie le spectacle tandis que moi je suis en stress total à cause de la hauteur des gradins très très raides. nous sommes tout en haut et je vais avoir du mal à me détendre.

Jour 4 : De l’intrepid à Little Italy

On avait collectivement choisi de faire le musée de l’aviation et de l’espace. Quel régal. Visite de l’Intrepid, sous marin de l’armée USA, puis porte avion et ses avions, … La visite plaît à tout le monde.

Après midi découverte des quartiers. on déjeune tardivement dans Little Italy, puis Soho, Greenwich, …

On retourne sur la 5th admirer les décorations de Noël.

pour finir cette dernière soirée sur Time Square et un restaurant Coréen improbable.

Jour 5 : Patinoire, shopping et vol retour

Notre vol étant en soirée nous avions promis aux enfants que la dernière matinée serait consacrée au shopping. Maëlys qui nous tanne depuis notre arrivée pour faire de la patinoire arrivera à nous convaincre et on commence par ça. Après 5 minutes sur la glace je tombe avec elle et je me casse le poignet. mais ça je le saurais que 36h plus tard arrivée dans le sud de la France aux urgences…

pas de shopping donc, .. enfin pas la tour Nike tant espérée par messieurs, mais plutôt une pharmacie pour des calmants et une atèle …

Un voyage mémorable et des journées qui je pense n’étaient pas trop denses non plus. on a profité à fond !!! vivement nos prochaines destinations… 4/5 jours c’est suffisant je pense avec des enfants de cet âge là.

Budget hors avion. hôtel 700$US. NY Pass pour les activités 300€ (hors spectacle et NBA), frais sur place (repas, souvenirs, cafés, métro, …) 1000$US

Vacances randonnée avec des 4-7 ans, oui c’est possible ! voici mes 3 ingrédients

Les vacances se terminent. Et après 4 semaines passées chez Pay et Mamie pour les enfants (dont 3 semaines sans nous), et donc 4 semaines de piscine et de plage dans le sud de la France, nous prenons le risque pour notre semaine à 4 de choisir une destination « Montagne ».

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourquoi le risque ? Car à 4 et 7 ans beaucoup nous disait qu’ils étaient trop petits. Trop grands pour être portés sur le dos et pas assez pour randonner. Et bien figurez vous qu’on a quand même fait prêt de 50km sur 5 jours dont 2 belles randonnées de 13/15km chacune. Et ils ont marché… sans pleurer, sans râler de trop, et semble-t-il ont apprécié. (et bien dormi le soir :)) Donc oui la rando en montagne avec des 4 – 7 ans c’est possible.

Nous étions à Valloire – Début de la Maurienne. Et comment on a fait vous allez me dire ?

Ingrédient n°1 : Faire plaisir à tout le monde

Sur 6 jours sur place je leur ai fait en arrivant la liste des activités possibles et chacun a eu le droit de choisir son activité (papa et maman inclus). Ainsi :

  • Noah a opté pour l’accrobranche
  • Maëlys pour une balade à dos d’âne
  • Papa a choisi la fondue et la balade dans les oeufs / cabines
  • Maman la promenade aux 3 lacs (15km)

L’objectif était de bien faire comprendre que les vacances c’est pour tout le monde.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ingrédient n°2 : Ponctuer les randonnées d’observation ludiques

Sentiers pédagogique, observation des papillons, recherche des moutons, vaches ou autre, pique nique les pieds dans l’eau, pause dans un lac d’altitude pour « tomber » dans l’eau fraîche, chansons, monter tout en haut de la plus « haute » montagne une récompense pour Noah (cela comble son besoin de compétition), jouer avec l’appareil photo pour immortaliser le paysage, mais aussi les chaussures de maman, la tomate cerise du pique nique,  … tout est bon on découper les 15 km en « tranches ».

Ingrédient n°3 : Des récompenses et du coaching

Pour Maëlys, un peu plus jeune, les fins de randonnées (surtout celles de 13/15km) étaient un peu longues, surtout avec 1000m de dénivelé. Il a fallu employer la méthode de la carotte. Après la rando on va au village et on prend une crêpe (son pêché mignon), on ira prendre l’apéro au village et on fera un tour de château gonflable ou de trampoline, …

On a coaché, motivé, en alternant papa ou maman en fonction de leurs envies. Chacun un enfant, chaque enfant ses leviers de motivations.

Conclusion : OUI aux vacances à la montagne ! Car cela nous a fait un bien fou, tout le monde a apprécié, et nous avons été assez impressionné par leur capacité à marcher. Je suis fière et je recommencerais !! Et je vais pas attendre l’été prochain, je suis sûre qu’il y a des randonnées en Ille et Vilaine 🙂

Et vous mer ? Montagne ? Vous faites comment pour les motiver ?

WE en Normandie – Le Mascaret et la route de la baie

Pour nos 10 ans, il a géré et a profité de l’absence des enfants (chez Papy & Mamie) pour nous réserver un we romantique en Normandie. Au programme : après midi SPA, restaurant étoilé et déambulation au gré de nos envies sur la route de la baie entre Granville et le Mt Saint Michel.

Laissez-moi dans un premier temps vous parler du Mascaret. Hôtel – Restaurant – SPA tenu par le chez Philippe Hardy et sa femme. La météo fait qu’on n’a pas tellement pu profiter de la plage mais on a grandement profité du SPA avec 2h en amoureux. Hamman, gommage, bain au chocolat et massage.

Capture d_écran 2017-07-24 à 09.16.52

J’ai eu un coup de coeur total pour le carrelage burberry dans la chambre.

Ensuite direction le restaurant et on se laisse tenter par le menu grand voyage, soit 7 plats choisis par le chef. Poissons cuits à merveille, farandoles de saveurs,  plateau de fromage à tomber par terre. Un moment magique pour les épicuriens que nous sommes.

Capture d_écran 2017-07-24 à 09.17.02

1.Homard, maquereau écume et asperge

2. Rouget fleur de courgette farcie, girolle et crème de lard

3. Barbu sauce au porto

4. Lieu jaune sauce au champagne, légumes du jardin, gelée de carottes des sables

5. Agneau de pays avec ses légumes

6. Plateaux de fromages au choix

7. Fraises fraîches, jus de fraîses, panacotta vanille, billes au basilic et déclinaisons de cajou (financier et fraîche).

8. Digestif à base de velouté d’abricot et de macaron

Les mots me manquent et les descriptifs ne suffiront pas à décrire ces mets subtiles. Pour comprendre nos émotions il faut juste y aller.

Vous imaginez qu’avec cela on a bien dormi. Après un petit déjeuner super sympa servi en chambre on a pris la route du retour en prenant le chemin des écoliers. On a passé 2h dans Granville, faire le tour des remparts, …

Capture d_écran 2017-07-24 à 09.17.12`

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis on se décide à faire la route de la baie. On s’est arrêtée au gré de nos envies sur des petites plages, apercevant ci et là le Mt St Michel pour finalement le voir de prêt, mais laissant l’archange aux touristes sous la pluie.

Capture d_écran 2017-07-24 à 09.17.22

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Landes ou Normandie ? 

On a même noté la plage de La Grève juste après Genêts pour revenir avec les enfants.

Capture d_écran 2017-07-24 à 09.17.33

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une route que je découvrais, agréable, avec des paysages sympathiques, verdoyants et encore sauvages. Même avec le temps grisonnant on a passé un excellent moment, avec le vente de liberté sans enfants, sans horaires, sans contraintes.

#Paris La Fondation Vuitton on y va ?

Lors de notre dernier week end parisien nous avons décidé de faire la Fondation Vuitton. Nous étions avec les enfants. Arrivés sur site en fin de matinée nous avons donc commencé par le Jardin d’Acclimatation, quelques manèges, un pique nique, …

Et puis on s’embarque dans ce bâtiment futuriste à l’architecture complexe. En effet les étages, sous étages, … rendent le repérage un peu complexe mais la vue sur La Défense est splendide.

Quand nous y étions l’exposition était sur l’Afrique. On a de la place, il y a en a pour tous les goûts (peinture, sculpture, photo, très modernes, plus traditionnel, …). Les enfants ont vraiment apprécié les couleurs et toute la partie du sous sol avec les maquettes, On est passé un peu plus vite sur d’autres parties beaucoup moins accessibles, voire peut être choquantes pour des enfants de 4 et 7 ans.

Puis nous avons passé un long moment un jouer à l’extérieur entre les miroirs et la perspective. Difficile de ne pas entamer une partie de cache cache… Cela m’a rappelé l’expo Monumenta faite au Grand Palais il y a quelques années déjà sur Buren.

 

Alors oui l’entrée n’est pas donnée (15€) mais il y a de quoi faire et c’est vraiment agréable. Est ce que j’y retournerais ? Probablement, tout dépend de l’expo. Est ce que je le conseille ? Oui, même avec des enfants.

Le carnet de voyage pour prendre soin de nos souvenirs

« Prenez soin de tous vos souvenirs car vous ne pourrez pas les revivre »,

cette citation de Bob Dylan je l’ai découverte il n’y a pas longtemps et je la trouve fort appropriée pour introduire cet article sur mon carnet de voyage.

IMG_20170508_230152IMG_20170508_230138IMG_20170507_161528

J’ai l’habitude depuis plusieurs années déjà de faire des albums « photobox ». 1 par an, 1 par enfant, 1 par grandes vacances, … Mais sur ce voyage je voulais quelque chose de différent, pour y intégrer des éléments ramenés des différentes visites, des dessins, …

Les ingrédients de mon carnet de voyage :

  • un beau carnet. Le mien était un cadeau d’une de mes cousines. Je ne suis pas certaine qu’elle imaginait cet usage mais voilà je l’ai trouvé approprié ce carnet
  • des photos (250)
  • des souvenirs rapportés : tout au long de mon voyage j’ai conservé les tickets d’entrée de musée, les billets de vol, cartes de visites, …
  • mes dessins
  • de la colle, une grosse quantité de colle
  • une paire de ciseaux
  • un feutre noir
  • du masking tape
  • de la patience

Il « suffit » ensuite d’assembler tout cela dans l’ordre du voyage et des différentes étapes. D’ ajouter des commentaires pour conserver les anecdotes, les « petits » souvenirs.

J’ai intégré mes dessins en les mettant en face à face des photos du « moment ». Et j’ai également essayé d’intégrer des éléments appris en facilitation graphique ou au cours de mon bullet journal à savoir des bannières, des flèches, des typos, …

In fine  il y a peu d’écrire, plutôt des légendes des images. Mais je suis ravie du résultat qui correspond à ce que j’avais en tête. J’ai juste un petit soucis qui est que le carnet ne ferme plus… l’épaisseur des photos, tickets, carte de transport, … sont en cause. Il va falloir que je trouve un élastique XXL

Je vous mets tout de même un petit tableau pinterest de mes inspirations

Alors sur ma version il n’y a pas encore assez de dessins à mon goût, un axe de progrès pour dessiner encore. Prendre ce temps même si je suis déjà fort contente de ce que j’ai pu faire.

Peut être que la prochaine fois je tenterais de créer le carnet de voyage au jour le jour et pas au retour pour quelque chose de plus rédigé. Mais comment gérer l’impression des images ? Je me laisserais bien tenté par un petit polaroïd… A moins de laisser les espaces vides et de compléter ensuite ? Vous faites quoi vous ?

Il est grand temps que je vous parle de Tokyo

Notre dernière étape a été#Tokyo, Tokyo l’indescriptible tant cette ville rayonne par ses contrastes, par sa folie, par sa culture, par ses traditions. Nous y avons passé 6 jours et nous sommes loin d’avoir tout vu. Cependant je pense qu’on a bien pris le pouls de cette ville.

Une ville aux 1000 facettes

On a commencé avec Shibuya, un quartier de folie, une fourmilière humain. Et pour notre 1er jour nous avons été accompagné par Guillaume, de Tokyo Safari Tour. C’est une expérience que je ne peux QUE vous recommander. Nous avons pris la formule XXL et donc nous avons eu la chance de pouvoir profiter de l’expérience de Guillaume de 9h30 à 20h45. Avec une quinzaine d’étapes il nous a fait découvrir SON Tokyo tout en s’adaptant à nos envies, nos questions, nos attentes de touristes. Du Tokyo d’affaires et ses buildings, aux temples shintoïstes qui s’encastrent entre les immeubles, en passant par le quartier effervescent de l’électronique où manga et néons côtoient les magasins high tech et les bars « maid café », les quartiers plus traditionnels où les fils électriques dansent dans le ciel, les petits restaurants inédits et uniques, le Tokyo de Guillaume est un Tokyo qui nous a séduit et qui nous a donné des idées, des envies pour les jours suivants. Le Tokyo Safari Tour c’est comme venir à Tokyo et se promener avec un pote qui y vis. Et en plus, métier oblige, il a été de supers conseils sur les points de vue photo.

Je vous ai mis des légendes sur chaque photo alors n’hésitez pas à passer votre souris dessus.

IMG_20170426_190407_236

Un peu de mode tokyoîtes

Le bilan

Et voilà j’arrive au terme de mes articles « made in Japan », non sans une certaine nostalgie. Des souvenirs pleins la tête, l’idée que je tourne aussi une page de cette année 2016 – 2017 magnifique autour de notre mariage, de tout l’amour que nos proches ont déversé sur nous, de ces souvenirs magiques, inoubliables. Mais je me dis aussi que je commence une nouvelle page blanche à écrire, avec des souvenirs que l’on va continuer à se construire en famille, avec les petits bonheurs qu’on va continuer à provoquer, et avec cette conviction que mon équilibre que je cherche temps pour m’épanouir sur tous les pans de ma vie n’est plus très loin. L’équilibre, la bienveillance et le bonheur de ma sphère privée et personnelle étant déjà là.

Etape #2 expérience bouddhiste à Koyasan

Après Kyoto on s’arme de patience et on prend la direction de KoyaSan qui nous avait été recommandé. 48h au pays bouddhiste par excellence où moines et touristes partagent le même hébergement et où les touristes ont le droit à un traitement de faveur, comprendre prière à 6h du matin et 100% des repas 100% vegan. Je vous laisse visualiser le petit déjeuner. Ce sera aussi notre découverte avec les onsen ou bains traditionnels qui se pratiquent en tenue d’Eve et d’Adam à l’abris des regards du sexe opposé. Un plaisir non feint après les heures de randonnées.

Si vous n’êtes pas adeptes des « bondieuseries » je vous invite à passer votre chemin. Car KoyaSan c’est un peu Lourdes (bien que je ne sois jamais allée à Lourdes). Tout est une bonne occasion pour vous soutirer un peu d’argent, jamais beaucoup à la fois mais quand même… Cela n’en reste pas moins un endroit paisible et le cimetière est juste magnifique.

Si la plupart des touristes le font avec un forfait de 24h et 1 nuit sur place j’avais fait le choix d’y passer 2 nuits et donc 1 après midi et une journée pleine. C’est long ! Et on a été assez étonné de voir que les japonnais n’exploitent pas encore l’aspect nature de la destination.

En effet les forêts, grands espaces et chemins de pèlerinage pourraient donner lieu à un tourisme de randonneurs. Nous avons improvisé quelques balades et ce fût fort agréable.

Cette étape a été l’occasion pour moi de me familiariser un peu plus avec cette religion qui je dois le dire m’a attirée. Je m’y suis sentie accueillie et bien qu’étrangère aux rites de prière je ne me suis pas sentie repoussée. Envie de creuser un peu plus, non pas pour me convertir mais plutôt pour puiser dans la partie zen, acceptation de soi, … on en reparlera peut être ici

 

 

Etape #1 : Kyoto, la ville aux 1000 temples

8h, après 11h30 de vol nous voici arrivés à Osaka. On change nos JR Pass, on monte dans un train en suivant de façon automatique les instruction et on arrive à la gare centrale de Kyoto. On dépose nos sacs à l’hôtel et nous voilà partis pour une première journée bien rempli.

Il fait beau et on a 3h devant nous avant le spectacle traditionnel de Geishas, le Miyako Odori.  Pas de plans, juste un objectif : remonter jusqu’à l’université où se tient le spectacle. Le hasard nous fera traverser le temple bouddhiste Kyomizu Dera et sanctuaire Yasaka Jinja et de tomber sur la Keage incline, voie ferroviaire désaffectée qui fait le bonheur des cerisiers en fleurs. On est dimanche et des centaines de familles s’affèrent sous les cerisiers pour prendre les jeunes femmes en habits traditionnels.

Le spectacle de Geishas finira de nous mettre dans l’ambiance « traditionnelle » de Kyoto et aussi de nous achever après nos 11h30 de vol, nos 15 premiers km à pied, …

J2, on passe aux choses sérieuses malgré le temps maussade. Le marché Nishiki sera notre premier coup de coeur, on y reviendra plusieurs fois. On y goûte des choses épicées, des choses étonnantes comme du poulpe entier.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis direction la cité impériale et le château Nijo qui nous impressionne par ses jardins au cordeau, ses boiseries et tapisseries impeccables.

La pluie s’invite dans cette journée mais qu’à cela ne tienne nous prenons la direction d’Inari. et c’est sous une pluie battante que nous visitons ce magnifique sanctuaire. La pluie lui donne un côté presque mystique. Nous déposerons notre « prière » pour notre famille sur un petit bout de bois. Il faudra attendre Tokyo pour comprendre ce que devient le bâton, brûlé lors des prières. On prend alors conscience d’une première particularité japonaise : tout est prétexte à manger ! La moindre surface disponible donne lieu à un vendeur ambulant. Sucré, salé, à toute heure il y a toujours de quoi se nourrir.

Notre 3ème et dernière journée à Kyoto nous mènera à Arashiyama pour sa forêt de bambous et son environnement boisé. Déception autour de cet endroit. A la lecture de différents blogs je m’attendais à LA forêt de bambous du siècle, en lieu et place je trouve quelques bambous qui se battent en duel autour d’un chemin bétonne pour permettre les photos. L’endroit avec le fameux pont et la vue sur la forêt est sympa mais je ne comprends pas l’enthousiasme. On prendra ensuite la direction du Pavillon d’or, super beau et super touristique. Au final notre après midi devient à la hauteur de nos espérance quand on décide de redescendre à pied jusqu’à la cité impériale en traversant donc des ruelles et quartiers non touristiques et 100% authentiques. Retour au marché culinaire et ses rues avoisinantes.

Côté restaurant le hasard a plutôt bien fait les choses. De bouiboui en bouiboui nous tombons sur un restaurant de Ramen authentique qui nous initie à la commande sur machine. Et le dernier soir on tombera sur un restaurant de Nabe (Hot Pot). Ca ressemble à une grosse fondue ou un pot au feu qu’on fait soit même à table. Il parait que c’est un des plats préférés des sumos.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On doit déjà refaire nos valises et quitter cette jolie ville aux facettes traditionnelles qui ne nous a pas livré tous ses secrets mais qui nous a déjà donné un premier aperçu de ce qui nous attendait.

 

 

#Japon quelques infos pratiques

Avant de rentrer dans le détail des différentes visites et des coups de cœur je voulais vous faire un petit point pratique. Nous avons fait le choix de voler avec Air France en vol direct Paris – Osaka – Tokyo – Paris. Un choix que nous ne regrettons pas car cela nous a permis de ne pas perdre de temps à faire une boucle.

Côté yens nous avions changé en France une grosse somme d’argent car nous avions lu que retirer de l’argent sur place n’était pas toujours facile. J’avais prévu large donc nous n’avons pas eu de besoin de tirer sur nos cartes bleues.

Capture d_écran 2017-05-03 à 08.19.04Côté transport nous avons suivi les avis du web et de nos proches étant déjà allés au Japon et nous avons pris le Japan Rail Pass. Et là je m’interroge. En effet certaines de nos destinations n’étaient pas accessibles avec le JRPass. Du coup on a du payer en plus. Et on a fait 1 aller en shinkansen, donc je ne suis pas certaines que c’était très rentable. Une fois à Tokyo nous avons pris la carte de métro locale que nous avons chargé au fur et à mesure. Donc si c’était à refaire je pense que je prendrais le risque de ne pas avoir le JRPass et je prendrais je pense un pass Kansaï pour la première semaine dans la région de KYOTO puis la carte de métro tokyoïte et le shinkansen à l’unité. En tout cas je me poserais davantage la question. Une chose est sûre le réseaux ferroviaire au Japon est assez dense mais loin d’être les plus simples. La première expérience à Shinjuku, principale gare de Tokyo, nécessite de s’accrocher un peu 🙂

Côté hébergement on a alterné entre les logements en ryokan traditionnels et les logements à l’occidentale. Je suis principalement passée par Booking et Airbnb et globalement déçue des rapports qualité/prix. Très cher pour une literie peu qualitative mais les géolocalisations étaient top. Je vous donnerais les adresses dans les articles dédiés à chaque ville.

Parlons WIFI. J’avais lu à droite et gauche sur des blogs et autres supports que le pays était très mal couvert et qu’il était recommandé de prendre soit une carte SIM soit un pocket wifi en location. C’est ce que nous avons fait. Et avec le recul cela s’est avéré pas indispensable. En effet tous les hôtels avaient le wifi, notre airbnb de Tokyo son propre pocket wifi et globalement tous les restaurants, cafés, bars, quartiers avaient du wifi. Donc je dirais que ce n’est pas une dépense indispensable sauf si vous êtes vraiment accro et si vous avez besoin d’être côté H24.