Le carnet de voyage pour prendre soin de nos souvenirs

« Prenez soin de tous vos souvenirs car vous ne pourrez pas les revivre »,

cette citation de Bob Dylan je l’ai découverte il n’y a pas longtemps et je la trouve fort appropriée pour introduire cet article sur mon carnet de voyage.

IMG_20170508_230152IMG_20170508_230138IMG_20170507_161528

J’ai l’habitude depuis plusieurs années déjà de faire des albums « photobox ». 1 par an, 1 par enfant, 1 par grandes vacances, … Mais sur ce voyage je voulais quelque chose de différent, pour y intégrer des éléments ramenés des différentes visites, des dessins, …

Les ingrédients de mon carnet de voyage :

  • un beau carnet. Le mien était un cadeau d’une de mes cousines. Je ne suis pas certaine qu’elle imaginait cet usage mais voilà je l’ai trouvé approprié ce carnet
  • des photos (250)
  • des souvenirs rapportés : tout au long de mon voyage j’ai conservé les tickets d’entrée de musée, les billets de vol, cartes de visites, …
  • mes dessins
  • de la colle, une grosse quantité de colle
  • une paire de ciseaux
  • un feutre noir
  • du masking tape
  • de la patience

Il « suffit » ensuite d’assembler tout cela dans l’ordre du voyage et des différentes étapes. D’ ajouter des commentaires pour conserver les anecdotes, les « petits » souvenirs.

J’ai intégré mes dessins en les mettant en face à face des photos du « moment ». Et j’ai également essayé d’intégrer des éléments appris en facilitation graphique ou au cours de mon bullet journal à savoir des bannières, des flèches, des typos, …

In fine  il y a peu d’écrire, plutôt des légendes des images. Mais je suis ravie du résultat qui correspond à ce que j’avais en tête. J’ai juste un petit soucis qui est que le carnet ne ferme plus… l’épaisseur des photos, tickets, carte de transport, … sont en cause. Il va falloir que je trouve un élastique XXL

Je vous mets tout de même un petit tableau pinterest de mes inspirations

Alors sur ma version il n’y a pas encore assez de dessins à mon goût, un axe de progrès pour dessiner encore. Prendre ce temps même si je suis déjà fort contente de ce que j’ai pu faire.

Peut être que la prochaine fois je tenterais de créer le carnet de voyage au jour le jour et pas au retour pour quelque chose de plus rédigé. Mais comment gérer l’impression des images ? Je me laisserais bien tenté par un petit polaroïd… A moins de laisser les espaces vides et de compléter ensuite ? Vous faites quoi vous ?

Il est grand temps que je vous parle de Tokyo

Notre dernière étape a été#Tokyo, Tokyo l’indescriptible tant cette ville rayonne par ses contrastes, par sa folie, par sa culture, par ses traditions. Nous y avons passé 6 jours et nous sommes loin d’avoir tout vu. Cependant je pense qu’on a bien pris le pouls de cette ville.

Une ville aux 1000 facettes

On a commencé avec Shibuya, un quartier de folie, une fourmilière humain. Et pour notre 1er jour nous avons été accompagné par Guillaume, de Tokyo Safari Tour. C’est une expérience que je ne peux QUE vous recommander. Nous avons pris la formule XXL et donc nous avons eu la chance de pouvoir profiter de l’expérience de Guillaume de 9h30 à 20h45. Avec une quinzaine d’étapes il nous a fait découvrir SON Tokyo tout en s’adaptant à nos envies, nos questions, nos attentes de touristes. Du Tokyo d’affaires et ses buildings, aux temples shintoïstes qui s’encastrent entre les immeubles, en passant par le quartier effervescent de l’électronique où manga et néons côtoient les magasins high tech et les bars « maid café », les quartiers plus traditionnels où les fils électriques dansent dans le ciel, les petits restaurants inédits et uniques, le Tokyo de Guillaume est un Tokyo qui nous a séduit et qui nous a donné des idées, des envies pour les jours suivants. Le Tokyo Safari Tour c’est comme venir à Tokyo et se promener avec un pote qui y vis. Et en plus, métier oblige, il a été de supers conseils sur les points de vue photo.

Je vous ai mis des légendes sur chaque photo alors n’hésitez pas à passer votre souris dessus.

IMG_20170426_190407_236

Un peu de mode tokyoîtes

Le bilan

Et voilà j’arrive au terme de mes articles « made in Japan », non sans une certaine nostalgie. Des souvenirs pleins la tête, l’idée que je tourne aussi une page de cette année 2016 – 2017 magnifique autour de notre mariage, de tout l’amour que nos proches ont déversé sur nous, de ces souvenirs magiques, inoubliables. Mais je me dis aussi que je commence une nouvelle page blanche à écrire, avec des souvenirs que l’on va continuer à se construire en famille, avec les petits bonheurs qu’on va continuer à provoquer, et avec cette conviction que mon équilibre que je cherche temps pour m’épanouir sur tous les pans de ma vie n’est plus très loin. L’équilibre, la bienveillance et le bonheur de ma sphère privée et personnelle étant déjà là.

Bella Nizza

Chez nous, les vacances riment généralement avec découverte. On visite, on se promène, on découvre de nouveaux lieux et on partage le tout en famille. En général on se pose et on rayonne en étoile avec en moyenne 1h30/2h de route. Mariage oblige cette année pas d’étranger mais des vacances « retour aux sources » dans les alpes maritimes avec la découverte pour lui de l’arrière pays notamment. Une série d’articles à venir donc sur cette belle région et des idées de sortie en famille. Et on a commencé par Nice, la belle, avec des amis qui ne connaissaient pas. Découvrir Nice en quelques heures voici comment on a fait.

Parking du Palais de la Méditerranée, mais l’option tramway est également une bonne idée. On commence par la Promenade que le remonte jusqu’au cours Saleya pour rentrer dans le vieux Nice. Difficile de ne pas avoir la gorge nouée en passant devant le mémorial et les fleurs hommage. Comment expliquer aux enfants la montagne de peluches et que l’on ne peut pas y toucher, ni se servir.

Arrivée sur le cours Saleya. Il y a le marché. J’en profite pour offrir à mes amis bretons une part de Socca, une galette de pois chiche. Je ne les sens pas enjoués, mais de quoi requinquer les enfants avant d’attaquer les ruelles du vieux et surtout les marches vers le château et la cascade. Un arrêt par la cathédrale s’impose également.

Vue splendide sur la promenade, ses galets, son eau turquoise et les toits ocres de la vieille ville. Tour sur l’esplanade, côté port, le canon tire midi ! Il est temps de redescendre et de trouver un restaurant dans les ruelles ombragées.

Nous poursuivrons ensuite notre route en découvrant les nouveaux aménagements du Paillon. On sort du vieux Nice au niveau du Lycée Masséna et on va remonter jusqu’à la mer comme cela, en jouant à cache cache avec les fontaines, les jets d’eau et le soleil tapant.

IMG_1410

La place Masséna en jette aussi avec ses façades rougeoyantes. Un tour de manège plus loin et il nous faut déjà quitter la belle Nice, car une glace nous attend à Antibes !! Mais ça je vous en reparle plus tard.

Et vous un endroit préféré à Nice ?

Antibes, Mougins, l’ambiance provençale que j’aime

Mon retour aux sources à moi il se fait en arpentant les rues d’Antibes et les villages provençaux. Les guides touristiques vous parleront d’Eze, de St Paul de Vence, … Aujourd’hui je vous propose un tour à Antibes et puis dans le vieux Mougins.

Antibes la ressourcante

Ahhh Antibes, je crois qu’on a tous une ville où on se sent « chez soi » à chaque fois qu’on y va. Pour moi il y a Paris et Antibes. C’est peut être la seule ville qui aurait fait que je délocalise mon mariage.  Je n’y ai pourtant pas de souvenirs particuliers. Certes j’ai grandi à quelques km mais je n’y passais pas plus de temps que dans d’autres villes aux alentours. J’aime Antibes, son atmosphère, ses vieilles rues, son dynamisme, les remparts, la vue, le marché provençale, et la balade jusqu’au Nomade de Plensa et devenu presque un pèlerinage. Chaque année des portraits de mes enfants entre les lettres rejoignent ma photothèque.

Sculpture

Crédit photo culturez-vous.com

En ce moment le Nomade est accompagné des sculptures aériennes de Nicolas Lavarenne, des funambules entre terre et mer.

IMG_1469

 

La vielle ville s’est aussi ses parties de boules sous les platanes, la place de la république, un demi au Hop Store derrière les remparts, les jets d’eau de la Place De Gaulle marquent le début du Antibes moderne, tout aussi agréable à découvrir.

 

Mougins, la typique

Que ce soit Antibes ou Mougins, c’est à environ 10 minutes / 15 minutes de voiture de la maison familiale. Cela nous laisse le loisir d’y aller faire un tour rapide, une promenade du matin pour un apéro ou une sortie en famille. Mougins le vieux village est ainsi perché, à la limite entre Cannes, la mer et le début de l’arrière pays. Je dois dire que je n’y étais pas allée depuis une éternité (le mariage de mon frère il y a 8 ans pour être exacte). Des ruelles sympathiques, des galeries d’art à toutes les portes qui ont aiguisées la curiosité de Noah. Et une balade d’une heure environ des plus agréable dans une ambiance provençale calme et sereine. Et puis si vous avez le temps, les restaurants de Mougins sont réputés et pour certains étoilés. La ville accueille d’ailleurs en juin chaque année un festival de la gastronomie « Les Etoiles de Mougins » que nul gastronome ne sautait ignorer.

 

 

Façades à Rochefort en Terre, le village préféré des français 2016

De La Gacilly nous avons poussé à Rochefort en Terre, village préféré des français 2016 et un des plus beau village de France. Un village charmant où boulangeries de spécialités bretonnes et boutiques d’artisanats, bijouterie avec des perles swarovski avec des prix défiants toute concurrence, … Et l’occasion pour moi de m’exercer à mes clichés favoris : les façades.

J’avais commencé à La Gacilly

J’ai donc poursuivi dans ce village fleuri à souhait

IMG_1296

 

Festival Photo La Gacilly 2016

L’an dernier nous avions découvert le Festival Photo de la Gacilly, et c’est donc avec plaisir que nous y avons passé une après midi pour cette édition 2016. D’autant plus que le thème annoncé partout sur les affiches était le Japon, pays rêvé de Nico.

Après un déjeuner au végétarium Yves Rocher qui a pour l’occasion mis du Japon dans ses plats, nous voilà donc partis pour 2h de déambulation.

IMG_1214

Et la mise en scèné dans le bourg, les impressions géantes, font toujours leurs effets. on été ravis de voir que les travaux pédagogiques avec les collégiens étaient à nouveau présents.

 

3 thèmes cette année. Le Japon en tête d’affiche, les Océans et les enjeux environnementaux. Et je dois dire que l’on est resté un peu sur notre faim photographique. je m’explique.

Japon – En dehors des impressions géantes sur les bâtiments centraux on s’est demandé où était le Japon. beaucoup de tirages d’un Japon des années 50  80. Mais où est le Japon d’aujourd’hui ? Et la nouvelle vague d’artistes japonais ? Heureusement on a terminé la visite avec Les sumos, les perruches jaunes de Yoshinoro Mizutami et le Diorama de Sohei Nishino, une oeuvre absolument psychédélique, ce qui nous a permis de ne pas ressortir complètement frustrés. Mais on s’attendait à voir le contraste du Japon tel qu’on en entend parler. On s’attendait à un choc des cultures, ce qui n’a pas été le cas.

IMG_1279IMG_1278

Sur les 2 autres thèmes seuls 2 artistes ont retenu notre attention : Daesung Lee et ses portraits entre terre et mer et Pascal Maître et sa vision de Madagascar.

Mais là aussi grosse déception photographique. En effet beaucoup de militantisme sur la sauvegarde de notre planète, avec des photo-eportage aux clichés « déjà vus » , où ‘lon est plus dans la dénonciation d’une condition que dans une recherche artistique. Des plans, des cadrages, des sujets un peu trop déjà vus ! Les vues du ciel des océans nappés de pétrole de Daniel Beltrà étaient peut être proche de cette idée que l’on peut militer et être artiste.

IMG_1252

Mais globalement La Gacilly nous a montré un reportage que l’on aurait pu voir dans Paris Match, VSD ou autre. Seule différence la taille des tirages. (Avis subjectif)

Bien entendu cela ne nous empêchera pas de revenir l’année prochaine, car il n’en reste pas moins que nous avons passé un bon moment. Et je vous conseille d’y aller si vous êtes dans le coin, c’est jusqu’au 30 septembre. Mais sur cette édition 2016 on reste un peu sur notre faim artistique !