#Voyage Week-end express en Cornouailles anglaises

On a de très bons amis qui vivent à quelques encablures de Londres depuis plusieurs années déjà. L’occasion une fois par an au moins de faire un week-end en terre anglosaxonne. Cette année nous voulions changer de Londres, donc quand ils nous ont proposé un tour en Cornouailles, pourquoi pas !

Le vol Nantes – Southampton avec Flybe est ultra rapide (50min) et ultra abordable car lowcost. c’est un tout petit avion. De là on se retrouve et on loue une voiture / mini bus puisque nous sommes 6.

Et c’est parti pour 3h de voiture (on n’avait pas évalué le temps, mais il semble que ce coin de l’Angleterre soit dépourvu d’autoroute…) pour rejoindre notre chalet à Gunnislake. Le chalet est top avec 3 chambres et 2 sdb. 2 terrasses. Et le complexe est équipé de piscines chauffées qui feront le plaisir de tout le monde le lendemain après une journée d’excursion. (220€/2nuits pour 6)

On est en plein coeur de la vallée de Tamar, a priori idéal pour les rando.

Le lendemain le temps que tout le monde s’éveille et se prépare on décolle en milieu de matinée et on prend la direction de Looe. Un village de pêcheur fort agréable où la pêche au crabe fait légion. Ballade dans le village, sur les quais, pied dans l’eau sur la plage, déjeuner dans un pub pour un fish and chips on ne peut plus traditionnel dans cette région. On profite du soleil et des températures clémentes.

looelooe2

L’eau est turquoise et les côtes non sans rappeler la Bretagne ou dans les terres la Normandie. On est d’ailleurs surpris de trouver une région fort vallonnée.

Puis nous prenons la direction de Polperro, un petit village enclavé qui faisait le bonheur des contrebandiers. C’est vraiment super beau !! Un petit coup de coeur !

Après une glace grandement savourée, les enfants exprimeront leur envie d’aller profiter de la piscine. On reprend donc tranquillement la route de Gunnislake. J’en profiterais pour avoir un cours particulier de Yoga puisque notre amie vient juste d’être diplômee pour enseigner.

yoga

Dimanche, on doit quitter le chalet pour 10h. Jour de match et de finale de la coupe du monde on a un impératif : être assis dans un pub quelque part avec une TV avant 16h. On décide de faire un premier stop pour déjeuner vers Torquay Bay. On s’arrête à Brixham. La pause sera rapide car c’est sans intérêt !! Des casinos, une fête foraine et de la mal bouffe. A priori la station balnéaire anglaise par excellence. On déjeune rapidement et on reprend la route donc.

Perdus dans la campagne anglaise on trouvera le Royal Oak, pub anglais dans un village de 40 habitants. Nous arrivons à Great Whishfort, pas très loin de Salisbury. Un endroit improbable où les seuls anglais présents semblent préférer la croatie mais nous offrirons une assiette de pommes de terre au four pour fêter notre victoire.

pub

Puis retour à Southampton. On rend la voiture et nos amis rentrent sur Londres pendant que nous passons la nuit dans un hôtel fort agréable mais sans prétention car le vol retour est matinal.

Bilan des Cornouailles ? Une jolie région qui gagne a être visitée avec un peu plus de temps bien que les routes ne soient pas des plus faciles. et surtout un super moment partagé

Publicités

Liste de lecture d’été, voir d’automne

Sur ce premier semestre 2018 j’ai été assez éclectique dans mes lectures, me laissant guidée par les recommandations d’amis ou de proches, étant plus ou moins séduite, je suis passée de la lecture de roman, de la chick litt, à des ouvrages de développement personnel. J’ai descendu ma liste et des livres s’y sont ajoutés au fur et à mesure. Il est donc grand temps de m’attaquer à ma liste de cet été, voir de cet automne vu sa longueur.

J’alterne les styles, je ne m’interdis rien, je lis au grès de mes envies mais aussi au grès des conseils glanés à droite gauche que ce soit en discutant avec des amis ou à la radio ou dans des magazines. Aucuns interdits ce n’est pas complètement vrai : je m’interdis l’achat compulsif qui amène à avoir une pile insurmontable de livre dans une étagère ! Je n’achète pas tant que je n’ai pas fini le précédent.

Roman

  • Les Terranautes, T C Boyle
  • Journal intime d’un touriste du bonheur
  • L’année du flamand rose
  • Entrée dans la danse
  • Sharko
  • L’innocence des boureaux
  • Moi, Joe Kennedy

Retour sur les classiques

  • Lettres à Lucilius – Sénèque

Développement personnel / apprentissage /  société

  • Accords Toltèques
  • L’obstacle est le chemin
  • Le pouvoir des imaginaires, 1001 initiatives pour révolutionner la consommation
  • De notre envoyé spécial

Autobiographie

  • au cœur des extrêmes

Je suis sûre que je ne me limiterais pas à cette liste, et résister à l’achat d’un livre c’est toujours difficile. On verra sur l’instant.

 

Et toi ? tu cumules aussi une liste de livres à lire ?

#Lecture La dame de Sauve, plongée dans un roman historique en Aquitaine

Avec ce livre je clôture la liste de lecture de mes amis. Mais si souvenez-vous… En Janvier j’ai fais un appel sur mes réseaux demandant à ceux qui le souhaitaient de me soumettre une lecture. Je m’engageais à lire les 6 premières suggestions. C’est chose faite avec La Dame de Sauve.

La Dame de Sauve est un roman historique qui tire ses origines en Aquitaine. J’ai lu le premier tome donc (sur 6 ou 7 je crois), premier tome qui nous transporte au temps des croisades sur une période de 1075 à 1125.

Le chevalier Philippe des Aygues, ami intime du duc d’Aquitaine Guillaume IX, est contraint de partir en 1098 pour la croisade qui va délivrer Jérusalem des infidèles. C’est là-bas qu’il bâtira sa vie.

En 1125, Philippe retrouve ses terres aquitaines. Sa fille Brunissende, médecin formée aux écoles d’Avicenne et de Rhazes, est immédiatement confrontée aux moines de l’abbaye de La Sauve.

Farouche et déterminée, elle tient tête aux religieux. Une réalité inquiétante et dangereuse se dessine très vite… «En mon for intérieur, tandis que nous remontions la longue rue de l’abbaye, je me jurai de ne jamais décevoir mon père, de lui faire honneur en tout, de me comporter selon les coutumes de ce pays… D’être digne du nom que je portais… Et de ne pas me laisser dominer ! Jamais. Je le jurai. Sur ma vie.

Lorsque la lourde porte de chêne bardé de fer de l’église s’ouvrit, je sus que j’étais arrivée.»

Je suis toujours impressionnée par ces romans historiques ultra documentés. Car on s’y croirait ! L’écriture très détaillée, très minutieuse, nous renvoie sans soucis les odeurs, les coutumes, les émotions de nos personnages et notamment de cette jeune Brunissende qui va se heurter à des traditions bien moins ouvertes, là où la place de la femme est différente de son pays d’origine. Mais dans l’Aquitaine du Moyen Age elle va devoir lutter pour ne pas renier sa double culture. L’écriture est fluide bien qu’un peu fleuve, L’époque est retranscrite avec brio et les personnages sont attachants. Les valeurs toujours d’actualités et le delta Orient – Occident permettent aussi d’avoir une lecture un peu plus actuelle ou géopolitique de ce livre :  la tolérance, le respect d’autrui et des cultures, la transmission, la place des femmes, la place du petit peuple, l’humilité, etc.

Merci à Martine et aux éditions du halage qui m’ont permis de faire cette belle découverte.

Si vous aimez les sagas historiques il faut lire sans hésiter !

#Déménagement Comment j’ai travaillé pour retrouver mon ancrage

Depuis des mois on parle de cette maison, on prépare le déménagement et voilà le jour J arrivé, la dernière ligne droit pour faire les inscriptions dans les nouvelles écoles, les activités de la rentrée, les changements administratifs. Voilà déjà 2 semaines qu’on a déménagé et 2 jours après l’ensemble des cartons étaient vidés, rangés, installés.

Mais ce n’est pas parce que les cartons étaient vidés que j’avais pour autant retrouvé mon ancrage. Il m’a fallu 15 jours, un premier week end chargé avec 15 enfants à la maison et le lendemain mes parents et mémé qui s’improvisent. Et ce moment où j’ai senti le déclic au plus profond de moi.

Dans le flou, sentiment d’insécurité, … du mal à m’installer dans le présent, continuellement interrompue par le flow de ce qui reste à faire, de la prochaine chose à régler.  J’ai mis 15 jours à reprendre mes routines matinales (Yoga Méditation) et mes temps de dessins, 15 jours à retrouver une sérénité avec mes enfants, … Bien entendu les parents des copains n’y ont vu que du feu, les amis reçus le samedi soir non plus. entre être et paraître 🙂 Il faut réajuster rapidement

1

Mais je m’en suis rendue compte et j’ai donc mis en place des petites choses pour retrouver rapidement mon ancrage, travailler mon 1er chakra. Je sens bien que je n’y suis pas encore totalement

    • tout d’abord recevoir mes proches (amis et parents) m’a permis de m’ancrer dans l’instant présent du moment partagé. De déconnecter de ma to do liste à rallonge. Renouer

    • En yoga j’ai fais deux sessions où je me suis concentrée sur des postures où l’ancrage est au coeur de la posture (chaise, équilibre, Apanasana, et la visualisation de « racines » est indispensable. Et j’ai travaillé avec 2 mantras « racine » le ôm et le mantra « je suis »
      6uum1jef7hpmuzyxpr9nfo42znk550x633

3a02dd09bef4062d8ec41f9ce1fc8f14

 

  • J’ai pris soin de moi.
    Car Si nous ne sommes pas ancrés, nous avons tendance à refuser d’être ici et à refuser notre corps, à ne pas l’aimer. Trop lourd, trop léger, trop ceci, pas assez cela…. Une séance shopping ma
    illot de bain, un temps « beauté » dans ma nouvelle salle de bain, un temps onglerie aussi à la maison, … J’ai bichonné mes pieds
  • Retrouver une stabilité. J’ai repris ma routine en me forçant un peu, j’ai repris aussi le chemin des fourneaux au quotidien. Fini l’excuse : on déménage donc on mange du rapide, facile, à la « rache »

Encore une fois on est dans la stratégie des petits pas et la mise en place de petits outils qui aident mon quotidien. Je poursuis donc la découverte des mantras également. Et vous vous faites quoi pour trouver vos marques ?

Time goes on. So whatever you’re going to do, do it. Do it now. Don’t wait.”Robert De Niro

#Entreprendre cette nouvelle aventure sur des montagnes russes

Bientôt 1 an que je travaille sur mon projet et quand j’ai commencé j’ai intégré un programme #LaSchool #LeShift. ses fondateurs n’ont eu de cesse de nous le répéter, l’entrepreneuriat c’est les montagnes russes en permanence. (Karine Sabatier Guillaume Chevalier) et c’est difficile de les contredire, surtout quand on se lance dans un secteur hyper réglementé comme la petite enfance où globalement on sait jamais.
 
Et encore aujourd’hui un simple petit mail fait bondir mon cœur dans sa petite boîte, un peu comme quand vous arrivez en haut de la côte dans le petit chariot et que vous vous apprêtez à dérouler la pente bien trop raide à votre goût, mais trop tard, on ne recule plus, et on ne veut pas reculer !
PC
 
C’est confirmé, c’est officiel, les deux premiers permis de construire pour mes 2 premières micro crèches seront déposés avant septembre. Et mon petit doigt me dit que les montagnes russes ne font que commencer.
 
Je vous avoue que rentrer dans cette phase très concrète (les travaux commenceront à date du dépot + 4 mois) renvoie pleins de sentiments divers et variés. De l’excitation, du « enfin », « trop hâte » mais aussi un peu de « ohhh mon dieu ça arrive » « vais je arriver à porter ce projet » « oh oh en même temps que le début des travaux il va falloir commencer à commercialiser » (ce n’est pas forcément mon point fort le commerce) … et il y a aussi un petit peu de fierté de voir ce projet avancer, et ainsi mettre à mal tous ces gens qui me voient comme instable, un peu folle, complètement bizarre de me lancer là dedans. (si si …)
 
Les montagnes russes, les montagnes russes 🙂
 
Bien entendu je vous tiens au courant de la suite au fur et à mesure
 

 

#Sortieenfamille Dimanche à la Gacilly pour le festival de photo

5

Depuis plusieurs années déjà nous avons pris l’habitude de consacrer un dimanche d’été au Festival de Photo de la Gacilly. En fonction des années nous y allons avec ou sans enfants et cette année pour la 15ème édition et une expo sur le thème de la Terre ce fût avec.

Arrivée en fin de matinée nous décidons de couper la balade en 2 avec un pause déjeuner au milieu. Noah 7 1/2 ans semble apprécier la première partie. Lui passionnée de géographie lit avec attention les légendes et on échange sur les pays.

Il nous raconte aussi ce qu’il connait d’un pays ou d’un autre. Maëlys 4 1/2 regarde les couleurs et adore la partie sur les animaux sauvages. Mais soyons clairs, cela ne la passionne pas.

1

Et c’est peut être le premier « reproche » que je ferais au Festival : y ajouter une doser de ludique pour les gens qui viennent en famille ça serait vraiment une bonne idée ! Car l’éveil à la culture certes cela passe par les parents mais il faut aussi que les expo soit accessibles.

3

Pause déjeuner dans un restaurant que je ne recommanderai pas puis on repart tranquillement plutôt dans la partie « haute » de  l’expo. L’expo consacré au Tibet et à M Ricard est top, et dans le garage la reproduction de la Cité Climat de France d’Alger nous permettra d’expliquer à Noah que nous ne vivons pas tous de la même façon et qu’il a globalement de la chance.

 

La dernière partie (chemin des libellules) va être un vrai calvaire pour les enfants et pour monsieur aussi. Essentiellement du photojournalisme très militantisme. Et là on fait notre 2ème reproche. Le militantisme oui il en faut, mais d’une année sur l’autre cela pourrait être bien de renouveler les messages. Car pour la énième fois on nous sert les messages sur la pollution, l’humain exploité. Il y a tant d’autres messages qui pourraient être portés.

Reste que cette balade est fort agréable, que c’est un moment sympathique en famille et qu’on reviendra l’année prochaine sans soucis. On se demande tout de même si on aurait pas d’autres endroit de La Gacilly à découvrir.

Inspirations nouvelle déco

D’ici à la fin du mois de juin ca y est nous aurons investis notre nouveau cocon, une longère rénovée avec un ENORME terrain. Alors oui la surface du terrain nous fait un peu peur, mais on voulait de l’espace, de la tranquillité, on va être servi !

Bien que nous restions sur Rennes 1ère couronne.

Et qui dit déménagement dit déco !!! On va bien entendu composer avec ce qu’on a mais on va aussi renouveler. Pour une simple raison c’est qu’on gagne 50m2 donc il va bien valoir « occuper » l’espace.

Bien entendu je viendrais vous montrer ici. D’autant plus que j’ai envie de récup, de DIY, … ça prendra peut être le temps que ça prendra mais je voudrais essayer une déco « slow » « responsable ».

Du coup depuis quelques semaines je passes un peu trop de temps sur pinterest. Et voici quelques inspirations. Je voulais aujourd’hui vous montrer ce qui ressort même si on est loin d’un blog déco.

Une chose est sûre, il y aura du vert

J’avais déjà eu un craquage en début de printemps, mais le tableau d’inspiration le confirme. Il y en aura plus !!

 3

 Puis il y aura du cocooning

6

Que ce soit pour moi dans mon espace yoga ou pour les enfants avec un espace lecture / Cabane / cocoon. Il s’agit d’avoir des espaces pour prendre le temps.

J’adore le fauteuil suspendu !!!

9

Enfin il y aura du rangement

Maison rangée esprit libéré. Des bocaux, des étagères, des bacs, je pense que tout va y passer. Des dressings à la cuisine en passant par la buanderie / garde manger !!

8

Et avec le temps un coin créa rien que pour moi !!

Une des raisons qui nous a amené à chercher une nouvelle maison c’est ça. Dans ma pièce de 9m2 qui faisait à la fois coin créa, salle de jeu, chambre d’amis, ça commençait à être dur ! Donc je compte bien m’aménager un espace un peu sympa !! Ca prendra le temps que ça prendra mais je l’aurais !!

4

J’AIME manger et je veux l’assumer

Cet article m’a été inspiré à la fois par mes expériences et expérimentations culinaires et par un podcast de Vlan #44 que je vous recommande qui traitait des lobbying alimentaires et du fait que les gens se cherchent en ce moment sur l’alimentation. 

J’ai toujours AIME manger. Le repas est sans conteste un moment de partage, de convivialité. Il est important pour moi, pour ma famille. Chez certains on mange chacun de son côté, c’est décousu ou accompagné de la TV. Pour moi c’est un moment de famille, de partage, de discussion. J’AIME manger, j’AIME aller au restaurant, J’AIME recevoir mes amis et concocter des recettes sympas, j’AIME pâtisser pour les miens. C’est probablement pour moi une façon de donner, de transmettre, car j’AIME cuisiner seule ou avec mes enfants. Avec le temps, mon pouvoir d’achat grandissant avec l’emploi, j’ai aussi pris goût à me tourner vers des produits de qualité, à favoriser le frais. Faire les courses alimentaires c’est certes une nécessité, mais quand je vais au marché c’est aussi un PLAISIR.

22016 on fait avec mon mari une première cure detox  Et je dois avouer qu’on a pris quelques habitudes comme manger moins de viande, beaucoup moins de viande, mais de la viande de meilleure qualité. Cette « tendance » veggie m’a aussi permis de renouveler mes livres de recettes, mes routines, … et de tester régulièrement de nouvelles choses. Récemment j’ai testé la quiche / galette de sarrasin. Remplacer la pâte à quiche classique par des galettes de

sarrasin. Un régal.

Aujourd’hui sur mes repas de semaine je suis à 70% sans viande. Le week end on se lâche un peu plus. Est ce que cela me manque ? NON Est ce que je mange des légumes par conviction ? NON car J’AIME une bonne côte de bœuf ou un navarin d’agneau. Mais voilà j’essaye d’allier santé et PLAISIR. Cela ne m’a pas empêché de passer 4 jours 100% végétarien lors de mon stage Yoga. Mais ce n’était pas pour autant nutritionnelle ment équilibré… Surtout quand on pense sport / protéines, …

Vegan, Veggie, smoothie, jus, healthy, … la nourriture et alimentation en France se cherche. On essaye de faire culpabiliser les gens qui ne cuisinent pas ou peu, ceux qui font leur courses à Carrefour ou Leclerc au lieu du marché local, … Et je trouve cela fatiguant. Sous couvert de santé, de bien être, de pré biotique, pro biotique, … on se retrouve à se priver, à être dans le contrôle sans cesse de ce qu’on peut manger ou pas manger, …

9

Taboulé libanais et samoussa aux petits pois

En ce moment je suis un programme de « rééquilibrage » alimentaire autour de tout ce qui est flore intestinal. Je me suis inscrite pour tester car beaucoup de gens autour de moi l’ont fait et m’en ont vanté les mérites. Et bien je dois dire qu’au bout d’une semaine j’ai lâché prise. J’ai fini par ne plus savoir ce qui est bon ou pas. Exemple : pas de fruits crus sauf au petit déj ?? Ah bon mais je croyais que la pomme au goûter c’était bien ? Diminuer les féculents, favoriser les choses sans gluten, pas de sucre, ok pas de gâteaux à gogo, mais pas de sucre même si c’est un yaourt au fruit ? !! Bref je me suis rendue compte qu’au final tout en faisant attention à manger équilibré, le but c’était aussi et surtout de prendre du plaisir !!!!

J’AIME MANGER, J’AIME DÉCOUVRIR DE NOUVELLES SAVEURS, DE NOUVEAUX RESTAURANTS, J’AIME CUISINER ET J’AI DÉCIDÉ DE L’ASSUMER.

Et vous, vos repas ? Plaisirs ou contraintes ?

 

#Lecture La Tresse, le petit poche a amener pour vos vacances

Ce petit livre je l’avais repéré depuis plusieurs mois déjà alors en attendant mon TGV pour Valence quand je l’ai vu dans la boutique Relay, j’ai craqué. Et il m’a tenu compagnie jusqu’à Lyon, car ensuite il était fini. Oui je l’ai littéralement dévoré.

Pourquoi j’ai aimé

Trois histoires de femmes aux vies bien différentes mais qui partages des valeurs communes. Vaillantes, combatives, déterminées leur courage, leur volonté farouche,
parviennent à infléchir leur destin, qui semblait tout tracé, à conquérir leur indépendance et à  réaliser leurs rêves ….

Sarah, Julia et Smita, trois femmes, trois destins. Ces femmes ne se connaissent pas, se savent probablement pas ce qui se passent autour de ces cheveux mais pourtant un même combat bien que différent pour la liberté. Des femmes puissantes, bouleversantes.

Une écriture lumineuse qui diffuse des flux d’énergie, de dynamisme. Un moment de lecture intense et communicatif.
L’écriture de ce premier roman est fluide, agréable. Les personnages secondaires donnent aussi le ton. En fermant ce livre je me suis sentie forte, émue, touchée, sereine. Et je me suis dis que cela ferait un joli film.

Résumé

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

#développementpersonnel Un peu de gratitude peut tout changer

Cela fait longtemps que je ne vous ai parlé développement personnel. Aujourd’hui je voudrais vous parler de gratitude.

J’ai compris que l’abondance de choix nous plonge dans un questionnement constant et dans un système où l’on ne sait plus être conscient de ce qu’on a. J’ai appris à être plus bienveillante avec moi même et avec beaucoup plus de gratitude envers les petites choses.

Ma séance quotidienne et matinale de Yoga me permet de commencer positivement la journée, de prendre conscience que j’ai 24h devant moi neuves, qui m’attendent. Et surtout que cette journée est pleine de promesses. Petite ou grande.

Le soir sur mon trajet du retour ou en me couchant je prends le temps de mémoriser les points positifs de ma journée. Ne retenir que le positif. Même dans la pire journée qu’il soit il y a toujours un petit quelque chose à célébrer.

Et j’ai décidé de vivre les choses avec positivité, même si ce n’est pas toujours facile. Et surtout d’exprimer mes petits bonheurs. Un exemple récent ? Dimanche c’était la journée départementale de foot de mon fil, une journée de rassemblement pour clôturer la saison. 1 dimanche complet 9h – 17h à encadrer les enfants, à ne pas être chez soi, posé, tranquille. 1 dimanche « gâché » comme diraient certains. Cette année je m’y suis « collée » et certes il y a eu des moments moins sympa que d’autres, mais ce que j’ai surtout retenu c’est la fierté de mon fils de marquer ses buts devant moi, le plaisir de papoter avec des parents, de passer une journée avec mon fils autour de sa passion, … Et de verbaliser tout ceci avec mon fils surtout.

Tout a quelque chose à nous apporter mais quand au départ cela nous fait suer…