#Lecture La meilleure d’entre nous – entre concours de pâtisserie #chicklitt et fresque sociale

Début d’année, je cherchais un livre un peu léger pour accompagner mes fins de journées. Et j’ai jeté mon dévolu sur La meilleure d’entre nous de Sarah Vaughan. Le pitch est assez facile : un concours de pâtisserie en fil conducteur et une panoplie de concurrentes avec chacune. Jenny, la cinquantaine tout en rondeurs, délaissée par son mari ; Vicki, qui aspire à plus qu’à élever son petit Alfie ; Claire, la jeune caissière mère célibataire qui ne rêve même plus d’une autre vie ; Karen, dont l’apparente perfection dissimule bien des secrets ; sans oublier Mike, veuf en pleine thérapie culinaire…

A priori un bon poche léger en plein « chicklitt ». Je dois dire que j’ai eu du mal à me prendre au jeu et rapidement on oubli la compétition pour s’attacher à ces femmes de la « vraie vie » qui galèrent dans leur vie de mère, qui essaient de s’épanouir dans leur vie d’épouse, qui ont du mal avec leur reflet dans le miroir. Et tout cela lié avec la cuisine car il existe plusieurs raisons de cuisiner :

« Il existe de nombreuses raisons de cuisiner : pour nourrir, pour inventer, pour impressionner, pour atteindre une forme de perfection… Mais aussi pour répondre à une simple faim : celle d’aimer et d’être aimé », écrivait Kathleen Eaden dans L’Art de la pâtisserie en 1966 (un des personnages du roman).

Mais au final on finit presque par oublier la pâtisserie. des amitiés se nouent, des amours se font ou se défont, et cette histoire simple se transforme en mille feuille sociologique intéressant. Ce qui est assez drôle c’est à plusieurs reprises j’ai eu l’impression de voir Bree, Lynette, Gabriel ou Susan de Desperate Housewives.

bree-desperate-housewives-cuisine

[Aparté] Je vous conseille sur ce sujet d’ailleurs une jolie chronique entendue sur France Inter de Romain Nigita sur le rôle de la pâtisserie dans les séries TV. Ça dure 3 minutes et c’est assez intéressant.

L’écriture est facile, sans prétention,  et chaque personnage s’intercale d’un chapitre à l’autre. Les descriptifs des gâteaux sont assez évocatrice. Mais on a presque l’impression d’être dans une pièce de théâtre. Une pause bienvenue avant des lectures qui s’annoncent plus exigeantes.

Est ce que je vous le recommande, je dirais oui pour les vacances, à amener sur une plage ou dans un avion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s