Jersey + surjeteuse, le duo parfait !!!!

 

Dans mon butin d’ID Créatives Rennes il y avait une série de coupons en jersey.

Je me suis donc lancée dans la confection de pyjamas sans patrons

992b6bb3946f9d882145029ea847dd77

f796bb76f9ea4c94ab40c8d2bd72e485

et mes enfants les ont adoptés directement. Et moi j’ai découvert le plaisir de coudre simplement avec le jersey que je pratiquais peu jusqu’alors et la surjeteuse et le tout en un hyper facile.

Du coup je me suis lancée dans une robe Sienna, La Maison Victor. La taille des coupons est petite donc cela rend les possibilités minimes. J’ai encore un coupon pour une robe. Probablement de type Sienna aussi.

1fd3864077dade34758dd7d974cdeaf3

Et une chose est sûre, maintenant que j’ai découvert le duo jersey + sujeteuse je vais en faire des pyjamas et des robes légères !!!!

Publicités

#IDCréativesRennes retour sur le salon et découverte de la gouache en stick

Dimanche 22 octobre direction ID Créatives Rennes avec ma fille pour une après midi entre filles. Du DIY, des loisirs créatifs, des tissus, il y avait de quoi se faire plaisir.

Tout d’abord petit retour sur ce salon. Je trouve cela un peu décevant. Je m’explique : peu de nouveauté, une vision TRÈS commerciale et si on va sur ce genre de salon c’est certes pour acheter mais aussi pour découvrir de nouvelles choses… Or là on a plutôt l’impression d’être chez Cultura en XXL. Peu de démo, des ateliers aux capacités moindre donc si vous n’avez pas réservé c’est compliqué, … Et on retrouve les mêmes exposants qui proposent la même chose, … Et je ne vous parle pas de l’espace restauration, … compliqué de faire goûter ma fille avec autre chose qu’un pain au chocolat… Dommage quand on connait l’engouement pour le DIY culinaire. Il y a probablement d’autres choses à proposer.

Un achat : de la gouache en stick

Je connaissais mais je n’avais jamais eu l’occasion d’en acheter. Je me suis donc laissée tenter.

7175u2bq5rnl-_sl1000_

Aussitôt acheté aussitôt adopté par ma mini. Et je dois dire que c’est génial. Plus de pinceaux, plus d’eau, plus de saleté. Ça fonctionne comme un tube de colle. Par contre on est plus proche des crayons gras que de la peinture (d’après Maëlys) donc pour le plaisir de la patouille il faudra choisir autre chose. Mais je dois dire que je suis séduite par le côté pratique et que quand Maëlys veut faire de la peinture à 18h30 en rentrant de l’école, et bien la solution est désormais toute trouvée. Ça ne gondole pas, ça sèche rapidement, c’est hyper couvrant. Idéal sur des pochoirs Je valide !!

Et vous vous avez des astuces ??

Les catalogues de noël la fausse bonne idée ?

Ils sont arrivés ! en magasin ou dans les boîtes aux lettres, l’invasion commence. Et qui n’a jamais passé des heures à feuilleter, découper, coller en vue d’une lettre au père noël longue…. J’assume ! Chaque année mes enfants se prêtent au jeu et cette année ils ont commencé. Cependant quand j’observe le résultat je m’interroge. Pour ou contre le catalogue de noël pour réaliser leurs listes ? Vous en pensez quoi vous ? Vous faites comment ?

Au delà des idées que je note au fil de l’eau tout l’année grâce à mesenvies.fr il est certain que les catalogues sont une mine d’information. Mais aujourd’hui le les questionnent notamment pour mon plus grand. Loin de la question du genre que l’on voit fleurir partout sur la toile, mais question est plutôt du plaisir et du choix.

De l’attrait du marketing

Explication : Quand nos enfants sont tout petits nous choisissons pour eux les premiers cadeaux sous le sapin ou à l’anniversaire pensant choisir le mieux pour eux. Puis ils grandissent et font leurs propres listes à partir de leurs envies, ce qu’il voit à l’école, chez les copains, …

Et puis quand arrivent les catalogues de Noël on se retrouve avec tout et n’importe quoi sur cette fameuse liste. Des jouets qu’ils ont déjà dans leur chambre et qui ne sortent jamais, des jouets qu’ils avaient et qu’on a vendu car ils ne s’en servaient pas, des jouets bien trop « grand » pour eux, … attirés par l’attrait du marketing.

Mon fils a donc fait sa liste avec notamment des drônes, des jeux d’espions, des instruments de musiques, une page entièrement de pokemon et de toupies beyblade, mais aussi un robot, une peluche qui parle, un arche musical, (je rappelle qu’il a 7 ans), un télescope, … et donc on lui a expliqué qu’il allait falloir hiérarchiser.

La catalogue de jouet limite la créativité de l’enfant ?

Puis lors d’une discussion je lui dis « c’est marrant tu m’a parlé d’avoir un nouveau casse tête mais ce n’est pas sur ta liste. Tu aimes les puzzle 3D et ce n’est pas sur ta liste. Tu voulais aller au concert de Black M ou avoir un nouveau maillot de foot et ce n’est pas sur ta liste ? « . Et sa réponse a été sans appel : mais maman oui mais je les ai pas trouvé dans les catalogues qu’on a eu.

Moi de lui répondre : « OK et par contre tu as mis un circuit lanceur alors qu’il y a 2 mois on a vendu le tient car tu me l’a demandé car tu ne t’en servais pas et tu voulais acheter d’autres choses avec. Celui là tu joueras avec ?  » Réponse ? « Ba je sais pas, peut être… » Conclusion : exit le circuit lanceur !

Du coup on a décidé de refaire la liste sans catalogues, juste avec ses envies. Et elle est bien différente !!! On retrouve les pokémon et les toupies, mais également ses passions et envies loin du catalogue

D’où ma question : le catalogue de jouets est il la fausse bonne idée pour identifier les idées de cadeaux et sortir des dictât du marketing ?? Vous faites comment vous ? Vous en pensez quoi ?

#Lecture No Home – Saga familiale sur fond d’Histoire

Faut absolument que je vous parle de ce livre que je viens de finir. No Home. Au fil des générations on découvre le destin de 2 lignées. D’un côté celle d’Effia, mariée de force à un mercenaire anglais mais qui reste en Afrique et de l’autre Esi, vendue en esclave en Amérique. Et avec leurs descendances, on se retrouve transportée dans une saga familiale, mais aussi dans un tableau historique et social des « noirs » du Fugitive Slave act à la discrimination en passant par les mines de charbon ou le Jazz.

A chaque chapitre une génération, un peu comme des nouvelles où on les voit héritiers, passeurs, esclaves, émancipés, métisses, déracinés, … on plonge avec finesse dans la modernité avec ces 8 générations, découvrant également les pires moments de l’Histoire de l’esclavage, de la ségrégation, de la discrimination où les métisses (ni blancs ni noirs) ne sont pas beaucoup mieux lotis que leurs ancêtres. Et on ne tombe pas dans les clichés du « méchant blanc esclavagiste » comme on a pu lire ailleurs.

Un seul regret peut être, la difficulté à s’attacher aux personnages que l’on quitte aussi vite qu’on les a rencontré au bout d’un chapitre ou deux.

Une mosaïque colorée, émotive, structurée où l’ellipse temporelle ne se fait que très peu ressentir tant elle est bien maniée. A lire si ce n’est pas déjà fait !

Résumé

Un voyage époustouflant dans trois siècles d’histoire
du peuple africain.

Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.

En Afrique comme en Amérique, No Home saisit et traduit, avec une étonnante immédiateté, combien la mémoire de la captivité est restée inscrite dans l’âme d’une nation. Navigant avec talent entre histoire et fiction, nuit et lumière, avec une plume qui varie d’un continent à l’autre, d’une société à une autre, d’une génération à la suivante, Yaa Gyasi écrit le destin de l’individu pris dans les mouvements destructeurs du temps, offrant une galerie de personnages aux fortes personnalités dont les vies ont été façonnées par la loi du destin.

#couture Je vois la vie en rouge pour un duo mère-fille

Quand ma fille a vu ce sublime viscose rouge elle a voulu une robe assortie.

Voici donc mon premier duo#lmvmadebyyou avec une robe Raven (ma 3eme) agrémentée d un passepoil doré qui lui donne un air chic pour moi et une robe#ayla pour la version enfant. #lamaisonvictor#couture @BretagneTissus

22256747_10159408746150247_2688481532165191491_oJ’adore la Raven. J’avais déjà fait une rose (que je porte peu au final car le tombé du lainage est pas terrible) et surtout cette version moirée que je porte tout le temps. Pas de difficultés particulières.

Pas de difficulté non plus pour la robe Ayla, mais elle est plus longue du fait des 11 boutonnières. J’ai fais des manches 3/4 et comme j’étais dans des chutes elle est plus courtes que prévue donc plutôt portée en tunique qu’en robe. Maëlys l’adore donc il y en aura peut être d’autres.

#Lecture Le lecteur de cadavres

Antonio Garrido nous plonge dans la Chine Impériale et sur les rangs de la bibliothèque je me suis laissée tentée.

Le travail de documentation est juste exceptionnel !

Et le jeune Ci Song ne paye pas de mine. Alors quand le destin s’acharne contre lui (mort des parents,incendie de sa maison, arrestation de son frère, petite soeur malade, …) on ne peut que saluer son courage. C’est finalement son talent et son flair qui lui permettra de devenir fossoyeur et d’être missionné par l’empereur. Un roman d’apprentissage qui se construit sur les péripéties de notre héros.

«Iris Bleu m’a dit que Feng connaissait d’innombrables façons de mourir. Et il se peut que ce soit vrai. Peut-être existe-t-il vraiment d’infinies façons de mourir. Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’y a qu’une façon de vivre.»

Si vous voulez plonger dans une autre époque, un autre temps c’est une bonne lecture. Il ne faut pas avoir peur du pavé !

Résumé

Inspiré d’un personnage réel, Le lecteur de cadavres nous plonge dans la Chine Impériale du XIIIe siècle et nous relate l’extraordinaire histoire de Ci Song, un jeune garçon d’origine modeste sur lequel le destin semble s’acharner. Après la mort de ses parents, l’incendie de sa maison et l’arrestation de son frère, il est contraint de fuir son village avec sa petite sœur malade.

Ci se retrouve dans les quartiers populaires de Lin’an, la capitale de l’Empire. où la vie ne vaut pas grand-chose. Il devient un des meilleurs fossoyeurs des « champs de la mort », puis, grâce à son formidable talent pour expliquer les causes d’un décès, il est accepté à la prestigieuse Académie Ming.

L’écho de ses exploits parvient aux oreilles de l’Empereur. Celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d’assassinats qui menacent la paix impériale. S’il réussit, il entrera au sein du Conseil du Châtiment, s’il échoue : c’est la mort.

C’est ainsi que Ci Song, le lecteur de cadavres, devint le premier médecin légiste de tous les temps.

#bujo les trackers

Ça fait longtemps que je ne vous ai pas parlé bullet journal donc je vais y remédier. Le bujo me sert principalement pour une planification mensuel, faire des focus de tâches, des listes et surtout des trackers.

Suivi du sport, des dépenses, des cadeaux de noël, …

J ai décidé de simplifier aussi et je crois que j ai trouvé. Tous les mois 2 suivis en fonction de mes priorités. Sur septembre octobre novembre c est donc le sport et les dépenses.

Côté dépenses je suis les jours sans dépenses et j ai investis dans un kakebo (livre de comptes à la japonaise) pour mieux identifier les points noirs.

Septembre a été dur pour commencer avec beaucoup d’imprevus liés à la rentrée scolaire.

Et donc le suivi sportif où je suis les jours d entraînement mais surtout le type de session : cardio, yoga, renforcement musculaire, …

J ai un page plus long terme pour mon objectif «get fit»

Et enfin le suivi des cadeaux de noël avec le cadeau et son coût. Cela me permet aussi de ne pas faire deux fois le même cadeau d une année sur l autre ou entre les noël et anniversaires.

Enfin je suis mes ventes sur le bon coin et autre. Objectif : montrer à mon mari que ce n est pas vain.

Et voici mes principaux trackers. Et vous ??