#Lecture Miss Peregrine et les enfants particuliers : un peu formaté mais avec des paraboles intéressantes

J’aime la littérature jeunesse et je n’ai aucuns scrupules en tant qu’adulte à aller piocher de temps en temps dans ce rayon. ça a commencé par P. Bottero et toute la saga Ewilan qui m’a fait découvrir la fantaisy. Puis Hunger Games, Divergente, U4, … Je me suis donc laissée tentée par Miss Peregrine, tome 1 en attendant de le voir en film. Une chose est sûre on voit très bien l’univers de Tim Burton.

Résumé

Le premier tome est publié en 2011 et s’est vendu à 3,1 millions d’exemplaires. L’ouvrage raconte comment le jeune Jacob découvre le passé troublant de son grand-père lié à un orphelinat abritant des enfants aux pouvoirs extraordinaires, d’une jeune fille à la force herculéenne au petit garçon abritant des abeilles dans son estomac. Il va donc partir à leurs recherches avec une multitudes de questions alors que son grand père enfant tentait d’échapper aux nazis. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…

L’ouvrage édité chez Bayard place l’image au centre de la narration puisque le texte est ponctué de reproductions photographiques. On y découvre Miss Pérégrine à contre-jour, C’est à partir de ces photographies insolites chinées dans des brocantes ou auprès de collectionneurs que l’auteur a imaginé son histoire.

Mon avis

Un roman fantastique qui commence assez bien car il amène le jeune lecteur dans les méandres de la persécution des juifs, l’enfermement ou l’immortalité, le tout dans un univers digne de Lewis Caroll ou d’Edgar Allan Poe (A la croisée des mondes). La métaphore autour des juifs est constante et la « particularité » serait d’être juif tout simplement. Mais on est très loin de la leçon d’Histoire et si on peut voir dans les « Creux » le mythe Arien, je pense que le filigrane s’arrête là. L’étrangeté, le sentiment de sortir du moule de l’adolescent est également présent. La boucle temporelle les empêchant de grandir, à la peter pan, le passage à l’autre monde comme dans Alice au Pays des Merveilles, avec le revers et la mélancolie de ces enfants qui se savent piégés alors que le monde évolue à l’extérieur. Dans l’ensemble tout ceci est un peu formaté dans une écriture « basique », cela manque à mon sens de subtilité et surtout de densité. Je ne me suis pas sentie happée par le destin de ces enfants et je n’ai pas l’envie furieuse d’avancer dans les autres tomes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s