A table ! Nos tests gourmands pour les fêtes

Il n’y a pas de fêtes de fin d’année sans bons repas ! Et quand vient notre tour d’accueillir la famille on essaye d’innover ou de tester de nouvelles recettes. Bilan de nos tests 2016.

Apéro : des petites choses simples mais efficaces

Maki de saumon chèvre frais et oeuf de lompe, tomates cerise d’amour, saucisse sèche faite maison (cf plus bas), cuillère de carpaccio, madeleines au comté et huîtres. Rien de sorcier mais tous ont fait leurs effets.

Et parmi mes best : les tomates cerises d’amour très simple à faire en trempant le cul des tomates dans un caramel de vinaigre balsamique puis ensuite directement dans des graines de sésame et le filet mignon séché façon patta negra. Le mien était assez salée j’ai du mal rincer mon filet mignon après l’étape de salage mais à retenter !

Côté plat là aussi on a changé en faisant un rôti de magret de canard (pas de photos). Le principe est simple  : une farce (dans mon cas mélange forestier, roquette et quinoa) et des magrets que l’on pose l’un sur l’autre avec donc la farce au milieu. On accroche avec du fil et hop au four !! Je les ai accompagné de fenouil et carotte au miel.

Et côté dessert une bûche façon tarte au citron. Alors c’est un poil long à faire mais c’est validé !!! plutôt deux fois qu’une. Je dois dire que je suis assez fière de mon roulé. Et délicieux !!

img_20161224_230910

Et le lendemain une tajine de poulet miel pain d’épices. Là aussi relativement simple et super savoureux pour qui aime le sucré salé !

mijote-poulet-abricot3

crédit photo chefnini

Et de votre côté ? des bonnes recettes testées et approuvées ?

 

 

#Lecture Miss Peregrine et les enfants particuliers : un peu formaté mais avec des paraboles intéressantes

J’aime la littérature jeunesse et je n’ai aucuns scrupules en tant qu’adulte à aller piocher de temps en temps dans ce rayon. ça a commencé par P. Bottero et toute la saga Ewilan qui m’a fait découvrir la fantaisy. Puis Hunger Games, Divergente, U4, … Je me suis donc laissée tentée par Miss Peregrine, tome 1 en attendant de le voir en film. Une chose est sûre on voit très bien l’univers de Tim Burton.

Résumé

Le premier tome est publié en 2011 et s’est vendu à 3,1 millions d’exemplaires. L’ouvrage raconte comment le jeune Jacob découvre le passé troublant de son grand-père lié à un orphelinat abritant des enfants aux pouvoirs extraordinaires, d’une jeune fille à la force herculéenne au petit garçon abritant des abeilles dans son estomac. Il va donc partir à leurs recherches avec une multitudes de questions alors que son grand père enfant tentait d’échapper aux nazis. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…

L’ouvrage édité chez Bayard place l’image au centre de la narration puisque le texte est ponctué de reproductions photographiques. On y découvre Miss Pérégrine à contre-jour, C’est à partir de ces photographies insolites chinées dans des brocantes ou auprès de collectionneurs que l’auteur a imaginé son histoire.

Mon avis

Un roman fantastique qui commence assez bien car il amène le jeune lecteur dans les méandres de la persécution des juifs, l’enfermement ou l’immortalité, le tout dans un univers digne de Lewis Caroll ou d’Edgar Allan Poe (A la croisée des mondes). La métaphore autour des juifs est constante et la « particularité » serait d’être juif tout simplement. Mais on est très loin de la leçon d’Histoire et si on peut voir dans les « Creux » le mythe Arien, je pense que le filigrane s’arrête là. L’étrangeté, le sentiment de sortir du moule de l’adolescent est également présent. La boucle temporelle les empêchant de grandir, à la peter pan, le passage à l’autre monde comme dans Alice au Pays des Merveilles, avec le revers et la mélancolie de ces enfants qui se savent piégés alors que le monde évolue à l’extérieur. Dans l’ensemble tout ceci est un peu formaté dans une écriture « basique », cela manque à mon sens de subtilité et surtout de densité. Je ne me suis pas sentie happée par le destin de ces enfants et je n’ai pas l’envie furieuse d’avancer dans les autres tomes.

#DevPerso Comment j’ai découvert la facilitation graphique

 

Depuis toujours je suis adepte dans ma vie professionnelle des méthodes agiles autour du mapmind et de la simplification des notions, projets, déroulé, … en schéma. Et j’avais cette envie de continuer à faire grandir mes pratiques, de renouveler mes techniques d’animation, et de faire des choses nouvelles.

Cela ne vous aura pas échappé qu’entre la reprise du dessin et le BUJO je suis dans une phase assez « écrite ». En simultané je suis allée récemment à plusieurs événements, dont 360 possibles où il y avait des facilitateurs graphiques. J’ai donc décidé de creuser cette pratique et je suis tombée sur un MOOC gratuit et accessible en permanence sur le Doodling. Et c’était parti ! Non seulement j’adhère, mais j’adore et je compte bien faire des émules autour de moi. Explications

Lire la suite

#Couture, Faire ses vêtements, combien ça coûte ?

On me pose souvent la question, et moi même je me la pose surtout quand mon instinct me pousse dans les boutiques. Alors bien entendu dans mes calculs je ne compte pas le temps passé.

Il y a d’abord l’investissement de base : la machine à coudre ! sur Cdiscount on en trouve à partir de 60/70€ qui font tout à fait le job. C’est d’ailleurs le cas de ma machine. Ensuite moi je me suis fait offrir une surjeteuse mais c’est du bonus. (Et il y a des offres régulières chez Lidl par exemple.) Par ailleurs vous allez voir que c’est rentabilisé !

Ensuite il y a le fil que j’ai du mal à monétiser. En effet avant à chaque projet j’achetais la bobine de fil qui va bien. Et en fait j’ai changé de méthode et je n’achète du fil assorti que quand je fais des appliqués pour des couvertures par exemple. Sinon j’investis dans de grosses bobines en gris, beige et noir qui alternent entre la machine à coudre et la surjeteuse. A vue d’œil j’en ai pour 50€/AN. A cela s’ajoute le papier patron disons 10€/AN.

Venons en aux projets en eux mêmes. Il y a d’abord les patrons. Il existe des patrons gratuits sur Internet. Il faut fouiller. Après c’est un investissement au début. Personnellement la 1ere année je me suis abonnée à La Maison Victor car j’aime bien les modèles. Compter donc 10€ par trimestre. Mais ensuite je vois certains patrons je les ai fait plusieurs fois (exemple le top berlin, la jupe rachel, le top pam, …). Donc avec un petit calcul je compte environ 3-4€ pour le patron par projet.

Et enfin la matière première. Et alors là dépend jusqu’où vous vous faites plaisir dans les matières. Prenons un exemple. Lors de mon dernier passage chez Bretagne Tissus j’en ai eu pour 37€. Et dans mon cabas, j’avais 3 tissus de 170cm x 200cm + quelques fermetures éclairs et un lot de boutons pressions pour ma réserve. Et avec 37€ j’ai fait ça :

Alors 2 robes, 1 jupe, 1 gilet et 1 haut cela m’aurait probablement coûté plus de 37€ en boutique. Non ?

La suite de la collection automne hiver 2016 il faut compter 40€ de matières premières qui m’ont permis de faire 2 hauts, 1 robe, 1 cardigan, 1 jupe.

 

Soit 80€ (tissus + fermetures + boutons, …) pour une dizaine de pièces. En sachant qu’à chaque fois (sauf pour le tissu pois) il me reste de la chute pour des petites projets (vêtements enfants, appliqués sur des projets enfants ou accessoires, …).

Et vous la couture combien ça vous coûte ?

 

 

 

#couture des pois des pois suite et fin

Vous vous souvenez de ce tissu trouvé chez Bretagne Tissus ? je voulais vraiment l’utiliser jusqu’au bout. Après la mini jupe, la robe, le top Berlin à offrir, je me lance donc dans un cardigan bicolore que j’ai grandement adapté. En effet les pressions sont remplacés par une fermeture, j’ai également raccourci les manches car je n’avais plus assez de tissus.

Si je suis partie d’un patron La Maison Victor je l’ai fait plus large volontairement et les manches sont en biais pour un effet kimono. Je commence à me sentir assez à l’aise pour modifier / adapter les patrons. C’est d’ailleurs u de mes objectifs 2017 que de faire moi même mes patrons.

Et là j’ai terminé avec ma collection automne / hiver. il me reste un beau tissu crêpe violet mais je ne sais pas quoi en faire donc ça attendra !

Ce tissu aura été optimisé jusqu’au bout !

 

 

 

Top #Berlin des pois et du noir

Je poursuis avec mon tissu à pois trouvé chez Bretagne Tissus. Et cette fois ci je l’ai mixé avec du noir pour un Top #Berlin La Maison Victor que je vais offrir. Il est donc volontairement large pour moi. J’ai également rallongé les manches pour m’adapter aux goûts de cette personne et j’aime bien je trouve que cela lui donne un air japonisant.

Je le garderais presque pour moi 🙂 Mais il me reste du tissu noir donc peut être que … je sais je vous ai dit que j’avais fini, mais un ptit dernier pour la route. 🙂

 

 

On fait un petit point #Bujo : dév personnel et facilitation graphique

Il y a quelques semaines je vous expliquais comment je cèdais à la tentation blogosphérique du #bujo ou bullet journal pour les intimes. Moi carnet addict, j’émettais tout de même quelques doutes quant à un usage quotidien.  Et après plusieurs semaines d’usage cela se confirme, le bullet journal est davantage pour moi un outil de listes / développement personnel / vue à long terme qu’un outil pour gérer mon quotidien et mes tâches qui sont plutôt gérées avec mon outlook.

J’ai gardé des pages mensuelles pour les grandes lignes. Avec un agenda, une to do et une zone « souvenir »

mois

Mais je m’en sers surtout pour les listes : livres à lire, livre lus, produits de beauté à tester, groupe de musique à découvrir, idées cadeaux, resto à tester …

Ce journal me sert aussi pour essayer de suivre des choses. Et c’est là que l’aspect développement personnel rentre en compte avec le bilan de l’année, les bonnes résolutions tenables, la mise en place de tracker pour faire évoluer les habitudes, … et je pense que c’est là dessus que je vais optimiser.

Une page que j’ai mis en place la semaine dernière et qui m’a fait du bien c’est la page « souvenirs » du mois où l’idée c’est de positiver les choses vécues sur le mois, un peu comme un journal de gratitude. Je l’ai relié à mon 10 level life pour arriver à faire un suivi annuel.

 

J’ai également donc décidé de tester sur décembre les trackers. Je me suis fixée des objectifs et tous les jours je fais le point pour pouvoir ajuster / évaluer/agir. Je vous en reparle dans un mois quand cette expérience aura plus de sens car là ça fait uniquement quelques jours.

tracker

Idem je me suis fait une page sur l’épargne car c’est un de mes axes d’amélioration 2017 et je me dis qu’avec une page dédiée, je ne pourrais qu’y faire attention ? (douce et louable volonté). L’idée est aussi de regarder où va mon argent d’où aussi le « no spending challenge » qui consiste à passer 30 jours consécutifs sans dépenser (en dehors des besoins vitaux »). Je suis mal partie surtout avec noël mais je commencerais plus sérieusement en janvier 🙂

img_20161201_200042

Enfin ce que le bujo me donne envie de faire c’est de m’appliquer et d’apprendre la facilitation graphique ou le doodling / scribing.

Je m’applique donc visuellement, j’essaye de « dessigner les idées » plutôt que de les mettre en mots grâce à des pictos, je me documente, … J’ai d’ailleurs entrepris un MOOC sur le sujet. Si vous avez des conseils à ce sujet je suis preneuse.

Voilà ce petit point BUJO. J’essaierai de vous en faire régulièrement

#couture des petits pois des ptits pois …

Quand j’ai vu ce lainage chez Bretagne Tissus je me suis tout de suite imaginée une robe en duo avec le même lainage mais noir. Et souvenez vous j’ai même fait une mini. Mais j’ai longtemps hésité sur le patron. Et j’ai finalement choisi la robe KYOTO de La Maison Victor Janv Février 2016.

Je l’avais déjà faite en début d’année mais dans un tissu trop léger et pas adapté à la forme le rendu était pas terrible, trop mou !

 

Là,la tenue est parfaite et le tombé aussi. Et en plus je suis une adepte des manches 3/4.  Et j’ai joué sur les couleurs en faisant l’encolure et le bas des manches en noir. Ca lui donne un côté chic. Je l’ai fait s’arrêter aux genoux. Bon comme sur ma n°1 je me demande si je ne vais pas fermer à la main l’ouverture du dos pour la rendre plus petite. Tout est bien entendu surjetté à l’intérieur.

Je suis contente car j’avais en tête cette robe pour le fêtes. C’est validé !

J’arrive à la fin de mes projets automne hiver 2016. C’est pas l’envie qui me manque mais à un moment donné produire pour produire je trouve ça un peu excessif. J’ai clairement assez de fringues à me mettre et je tourne au final sur les mêmes.  J’ai encore un projet mais pour offrir et un projet de chemisier et/ou gilet noir basique pour moi ensuite je vais mettre sur pause et commencer à réfléchir aux pièces printemps 2017 comme des blouses légères, un pantalon fluide, une veste … Je vous ferais un bilan de mes pièces fétiches automne hiver 2016.