#lecture Dieu n’habite pas la Havane

Résumé :

À l’heure où le régime castriste semble avoir vécu, Juan del Monte Jonava, à cinquante ans passés, chante toujours dans les cabarets de La Havane. Sa voix magnifique qui électrisait les foules lui a valu le surnom de « Dom Fuego », mais le temps s’est écoulé et sa gloire s’est ternie. À l’instar de nombreux Cubains habitués aux restrictions, Juan vit chez sa sœur et sa nombreuse famille. En quête d’un nouveau contrat, il traîne son mal être dans les rues de la ville, quand il tombe sur Mayensi, une jeune fille rousse et sauvage qui a fui son village. Touché par la grâce et le désarroi de la jeune fille, Dom Fuego décide de l’emmener chez sa sœur. Malgré la différence d’âge, il éprouve pour elle une attirance de plus en plus forte et, à son contact, la vitalité et la passion qu’il croyait à jamais disparues renaissent en lui. Hélas, cette beauté farouche semble nourrir une étrange méfiance à l’égard des hommes. Et si dom Fuego réussit à la séduire, il sait que ce moment de bonheur parfait qu’elle lui offre ne pourra être qu’une parenthèse miraculeuse.

img_20161001_175057

J’en profite pour vous livrer ce petit croquis issu de mon imagination et inspiré de cette lecture. Mon Dom Fuego à moi.

Et après lecture ?

Je dois dire que je n’ai jamais été une grande fan de Yasmina Khadra, mais à chaque fois je tente ma chance alors pourquoi pas cette fois ci. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre  mais je voulais être transporté à Cuba le temps de Fidel Castro.Et à environ la moitié j’ai été happée par cette histoire d’une passion impossible, une réflexion sur le viellissement ou la jeunesse perdue, et le plaisir de la chanson et de s’offrir sans compter à son public quitte à tout sacrifier.

C’est une belle histoire, une lecture plaisante. Par contre grosse déception sur le dépaysement. En effet on aurait pu être en Espagne, au Mexique ou je ne sais où. Je ne me suis pas sentie emportée dans Cuba, dans la Havane. C’est fluide, il y a des moments de poésie, mais je n’ai pas ressenti la passion pour un pays au croisement d’un moment historique pour lui.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s