#lecture la cour des miracles

#lecture la cour des miracles

La cour des miracles, cette zone de non droits et de reclus selon Victor Hugo. Et bien la voici sous la plume d’un autre Victor @victordixen  tout aussi palpitant.


Le tome 2, aussi intense que le 1, nous plonge dans le ventre de Paris. Entre le thriller halletant et l uchronie propre à la littérature « ado ». Complots et rébellions, amitiés et secrets, un zeste d Histoire, d’aventures et de fantastique. Et tous les personnages sont développés au delà de notre héroine. La potion magique donne un résultat super
.
Vivement le T3. Et plus il y a un tarot qui va sortir que j’attends aussi avec impatience . mais en attendant je me plongerais peut être dans d’autres romans de l auteur.
.
Vous connaissez ? Vous aimez ce genre de littérature ?
.

Tatouage, pourquoi faire ?

Tatouage, pourquoi faire ?

Je sors juste de chez le tatoueur (CL tattoo à Bruz) pour mon 6 ème et à chaque fois j’ai des questions du genre « ah bon mais pourquoi  » ou  » ah bon mais à quoi ça sert »?

Alors je vais vous dire franchement cela ne sert à rien mais pas plus que les oreilles percées, avoir 15 paires de chaussures ou 40 tops de chez Zara…

3h40 de tatouage plus tard

Certains ont des tatouages purement ornementaux et c’est top, d autres, dont je fais partie, ont des tatouages avec un sens même si le sens que l’on a en tête n’est pas forcément en rapport avec le dessin.

En vrac j’ai un tattoo pour marquer mes 19 ans, un tattoo pour marquer la fin de deux ans en expatriation magiques à terre-neuve, un à la naissance de mon 1er, puis pour ma 2eme un tattoo plus en lien avec mon rôle de mère, un que j’ai fait il y a 3 ou 4 ans en lien avec les gens partis trop tôt que je n’ai plus, et aujourd’hui ce tatouage je m étais dis que je le ferais quand ma transition professionnelle sera réussie ou du moins consolidée. Je crois que j’y suis alors…

C’est un peu comme un rituel initiatique. Ça marque un début ou une fin je ne sais pas mais une chose est sûre il a une grosse symbolique

Et vous tatoués ou pas ? N’hésitez pas à me poser vos questions.

Le casse tête de l’engagement associatif

Le casse tête de l’engagement associatif

Aujourd’hui je voulais vous parler de l’engagement associatif. êtes vous engagé dans une association ? Quel type d’asso et pourquoi ? J’ai toujours vu mon papa s’impliquer dans les associations sportives ou parentales de notre ville, et depuis que je travaille cet engagement me semblait normal. Mais je cherche toujours la bonne « asso ». Alors depuis maintenant 10 ans je picore sans vraiment trouvé ma place.

Il y a 10 ans mes enfants étaient trop jeunes donc j’ai regardé du côté des associations en lien avec mon métier. J’ai été pendant 4 ans bénévoles pour TEDXRennes qui organise les évènements TedX sur Rennes puis j’ai arrêté pour plusieurs raisons. D’abord j’avais l’impression de travailler. En effet mon apport était sur de l’évènementiel, mon métier et donc le soir je faisais comme la journée au boulot donc ça ne m’apportait rien. Et il y a eu aussi le côté un peu « secte ». 90% des bénévoles travaillaient sur le même lieu physique. La conséquence première était qu’ils faisaient avancer les choses à la machine à café, et quand, ce qui était mon cas, vous n’étiez pas sur site au quotidien vous ratiez beaucoup de choses avec un gros sentiment d’exclusion.

J’ai aussi été 2 ans bénévole pour Passerelles et compétences. L’idée c’est sur ses compétences professionnelles d’accompagner des associations sur le temps d’une mission. Mais là pour le coup je n’ai pas retrouvé l’aspect « famille » d’une asso et puis à l’époque il n’y avait pas de missions sur Rennes.

J’ai été pendant 2 ans bénévole pour Auxilia qui accompagne les détenus dans leur reprise d’études. Tout se passe par correspondance. Cela demande beaucoup d’énergie pour préparer des documents et autres quand on ne vient pas de l’enseignement et là aussi l’aspect « asso / famille » m’a manqué.

Je ne veux pas être parents d’élèves. Donc depuis 1 ans j’essaye de m’engager dans les clubs sportifs de mes enfants (GYM & FOOT). Je donne des coups de mains quand nécessaire aux buvettes ou autre, et depuis 1 ans je suis au bureau en tant que support sur certains sujets. Mon retour est à ce stade mitigé. Je m’explique. D’abord on reste centré sur nos enfants et je trouve que cela manque d’engagement solidaire. Il y a bien ce côté « famille », mais pour le coup et c’est génial pour l’association mais ce sont des passionnés donc ils attendent une implication H24… Si je prends le club de foot, j’avoue que je ne suis pas passionnée, donc être mobilisée H24 c’est difficile. Et je ne veux pas sacrifier ni ma famille ni mon entreprise. J’aime l’aspect « local » du club de sport, le coté « famille » surtout quand les enfants ont entre 3 et 5 entrainements / semaine. On y passe beaucoup de temps alors autant être utile. Mais je ne me sens pas profondément utile.

Bref je cherche encore et toujours….

Peut être qu’un jour j’irais vraiment vers des associations avec des gens dans le besoin mais par où commencer ? Je ne sais pas vraiment. Vous faites comment vous ? Vous avez un engagement associatif ou pas ?

Boulimie d’objets ou boulimie de tri ?

Boulimie d’objets ou boulimie de tri ?

Je ne suis pas une conservatrice. Mes petits-enfants quand ils arriveront n’auront pas la joie de jouer avec les jouets de leurs parents, ni de s’habiller avec le premier pyjama de papa ou de maman. Car je ne garde pas ! J’ai régulièrement des phases de tris aigue (on dit que les gens qui trient souvent sont des gens bordéliques…). Et en rentrant de vacances j’ai eu une crise aïgue.

Je crois que cette crise a été déclenchée par plusieurs facteurs :

Nous étions chez une amie qui a un appartement minimaliste, sans enfants, on dirait un appartement témoin. J’ai adorée son appart donc en rentrant j’ai dit à mon mari « on enlève les meubles ». et c’est ce que j’ai fait puis qu’on a désemcombrer un maximum en supprimant notre buffet et vaisselier. Comment en triant ! 2 A/R à la déchetterie. Un gros tris dans la vaisselle et du rangement. Ces placards étaient aussi des placards à bazard… Alors j’ai trié le bazard. J’ai mis ce qui dois aller au garage car ça sort rarement dans des boîtes, la ménagère de couverts « de fête » est passée dans nos tiroirs quotidien, … Faisons que chaque jour soit une fête 🙂

2ème facteur la maison de mes parents. Mon père surtout mais ma mère aussi, est un un conservateur. Un conservateur sentimental mais aussi un conservateur « au cas où ». Et je dois dire que quand je vois les montagnes d’objets qui ne servent à rien, les tonnes de livres qu’on ne relira jamais, j’angoisse. J’angoisse par la quantité, par l’idée de se raccrocher à ces objets et aussi les voyant vieillir, à l’idée qu’un jour ce sera à moins de vider … En rentrant j’ai donc eu besoin de faire partir de chez moi.

Je n’ai pas d’attachement sentimental aux objets ou ils sont rares. Les objets ont un sens. un usage. et l’accumulation me fait peur.

Dans le salon on a donc supprimé le buffet bas et le vaisselier. Dans mon bureau/atelier/chambre d’amis j’ai supprimé un bureau et une étagère. pour avoir plus de place. Avoir de l’espace. de l’air.

Alors dans le salon on a investit dans de la déco murale (un miroir et une décoration) alors je ne sais pas si du coup on a vraiment désencombré 🙂 C’est je pense plus un flux d’objets, une fluidité dans ce que l’on garde. Un peu comme dans la logique du dressing 1 qui rentre 1 qui sort. Mais le fait de ranger, trier, jeter, changer, libérer l’espace, … m’a fait un bien fou pour réentamer ce cycle.

Et vous plutot tri-mania ou conservatrice ?

Avis Conso : nos ptits jeux de l’été

Avis Conso : nos ptits jeux de l’été

Quand on part en vacances j’aime bien avoir dans ma besace des petits jeux rapides et sympathiques pour toute la famille. Et surtout varier du UNO et de la Bataille. Cette année la boutique où j’achète mes jeux a tapé dans le mille avec des jeux que tout le monde a adoré et qui ont occupé les moments calmes, moments chauds, ou soirées fraîches.

Les qualités d’un jeu d’été pour nous :

  • 1 jeu rapide : des parties de 30 minutes max
  • Des règles faciles à comprendre qu’on ai 6, 8, 11 ou 40 ans.
  • Dès règles qui s’adaptent aux âges pour que personne ne s’ennuie
  • Une boîte qui ne prend pas de place dans la valise
  • un budget serré

Laissez moi donc vous dévoiler les 2 jeux qui ont marqué nos soirées.

Read more
Vacances en famille : trouver le bon rythme

Vacances en famille : trouver le bon rythme

Qui dit vacances en famille dit trouver le rythme qui convient à tous entre un enfant qui a envie de sensations et d activités, un enfant plutôt cool qui préfère les temps calmes et la piscine, papa qui aime les resto et découvrir les endroit et flâner et se laisser porter par le hasard et moi qui tend de plus en plus vers des activités natures et rêve de randonnées à la journée.

Du coup sur nos journées de vacances on essaye de faire plaisir au plus grand nombre. Et de mélanger les envies, les plaisirs. A la montagne on alterne entre les journées de rando et une petite activités dans un village (il y a souvent des trampolines) ou crêpes/glace ensuite, et les journées accrobranche ou lac quand il y en a.

Trouver le bon rythme. Exemple de 2 journées dans le sud de la France

Journée lac, visites et baignades improvisées.

On commence toujours avec 1 activité phare qui va un peu guider notre journée. Exemple une session de paddle / canoë sur le lac de saint cassien.

Nous avons passé quasiment 2h30 sur le lac puis on s est laissé guidé par l intuition pour sortir de la foule arrivée entre temps et sommes allés à la découverte des villages perchés de fayence. Déjeuner improvisé à Mons dans un foodtruck

Avec une vue à couper le souffle. On a ensuite décidé de rentrer par les petites routes et nous nous sommes arrêtés à l improviste dans un virage pour descendre dans les gorges de la siagnes. La balade le long de la rivière s’est transformée en challenge « qui arrivera à se mettre dans une eau à 12°C ». Nous y sommes tous allés 😉

Un arrêt dans un village pour boire un coup en terrasse avant de rentrer à la maison.

Voilà pour moi une journée réussie où nous avons pu faire plaisir à tout le monde.

Journée parc d attractions / accrobranche / plage

Dans le même esprit un matin nous avons pris la direction du village des fous à Villeneuve Loubet. Une zone avec 2 parcs d attractions en fonction de l âge et un accrobranche. 3h de manèges, jeux, tobbogans dans l eau, … Rigolades.

Puis direction la mer pour déjeuner au pied de l’eau et une baignade. Avant de rentrer profiter de la dernière après midi chez papy et mamie

Et vous vos vacances en famille vous arrivez à faire plaisir à tout le monde ?

#confidences se sentir légitime avec les siens

#confidences se sentir légitime avec les siens

Chaque année une partie de nos vacances se passent dans la sud de la France chez mes parents. Je les adore et j aime cette endroit. Mais bizarrement ces jours ou semaines en fonction des années ne sont jamais des semaines ou des vacances de lâcher prise ou en tout cas de vacances.

A partir du moment où je franchis cette porte, les injonctions de moi « fille » me tombent dessus. Je me sens en permanence infantilisee. On vérifie comment j’habille mes enfants, où on va se promener, … Et à peine arrivée j ai un niveau de crispation XXL.

Ce fut longtemps le cas avec ma maman mais depuis plusieurs années c’est davantage avec mon papa. Elle a compris. Elle a lâché du leste et en dehors du « linge » qui est un grand sujet de tension le reste roule. Mais avec mon papa c’est différent. Il ne conçoit pas qu’on puisse aller se promener sans lui, dans des endroits que lui n a pas choisi ou pire qu’il n aime pas mais que moi j adore’….

Il y a cette pression à vouloir à la fois leur faire plaisir, en profiter, à ne pas les décevoir, mais aussi à ne pas s oublier dans tout ça. Résultat ? Au bout de quelques jours je suis crispée au max. Et on est très très loin des vacances lâcher prise… Chaque année je me dis « allez Julie un effort cette année tu lâches du leste et tu dis rien, tu te fonds dans le moule » et chaque année j en suis incapable et je fais le même constat… Et je repars avec une boule au ventre. Certains diront que je pourrais juste y aller et me laisser vivre. Qu’importe si ma mère passe 1h à plier mon linge au lieu de se reposer, qu’importe si mon père vient avec nous partout. Après tout ils le veulent bien et le choisissent. Mais ça c’est juste impossible pour moi. J ai l impression de redevenir une ado avec tous ses mauvais côtés.

D autant que chaque année ils vieillissent et avec la distance à chaque nouvelle visite je prends conscience du coup de vieux et mon rêve serait que cela s inverse. Que ma mère me laisse faire le linge, que mon père accepte que mon mari l aide dans le jardin et qu’ils s appuient le temps de ces quelques jours sur nous. Mais non à croire que eux aussi ont quelque choses à prouver.

Mais c’est bien ça mon problème. Pourquoi devrions nous avoir à prouver quoique ce soit quand on est avec les siens ? Pour quoi ce besoin de toujours se montrer légitime de, capable de, digne de … De quoi d ailleurs ?

Et vous ça vous fait ça parfois ? Vous en pensez quoi ?